Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

3.000 personnes dans les rues de Montpellier pour la défense du service public

-
Par , France Bleu Hérault

À l'appel des neuf syndicats de la fonction publique, environ 3.000 personnes ont défilé dans les rues de Montpellier pour défendre le service public, ce jeudi. Dans leur viseur : le projet de loi censé "moderniser" le statut de fonctionnaire, examiné par l'Assemblée nationale ce lundi.

Neuf syndicats ont appelé à manifester ce jeudi pour défendre le service public.
Neuf syndicats ont appelé à manifester ce jeudi pour défendre le service public. © Radio France - Valentin Jamin

Montpellier, France

Près de 3.000 personnes se sont réunies dans les rues de Montpellier ce jeudi pour protester contre le projet de loi visant à "moderniser" le statut de fonctionnaire, qui sera examiné ce lundi par l'Assemblée nationale. Les manifestants dénoncent une détérioration globale du service publique : "C'est toute la fonction publique qui est touchée. On sait très bien que la situation est déplorable dans les hôpitaux, ça s'aggrave dans les Ehpad, ça s'aggrave au ministère de la Justice. C'est révoltant !" s'insurge une enseignante présente dans le cortège.

Suppression de postes et hausse des recours aux contractuels

Le défilé s'est déroulé suite à l'appel des neuf syndicats de la fonction publique. "Vous avez deux pôles : les contestataires et les réformistes. Quand tous s'allient sous une même bannière, si je pouvais donner un conseil au président, je lui dirais 'poses toi des questions'", glisse Stéphane Mella, de l'UNSA.

Des banderoles contre la loi Blanquer ont été sorties. - Radio France
Des banderoles contre la loi Blanquer ont été sorties. © Radio France - Valentin Jamin

Deux points agacent et inquiètent particulièrement : l’élargissement des recours aux contractuels et l’annonce de la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires d’ici à 2022.

"Poursuivre le mouvement".

Selon certains, cette manifestation n'est qu'un point de départ. "On est en train de réfléchir à des modes d'action pour poursuivre le mouvement, explique Josiane Tack, secrétaire générale de la CGT. Ce sera probablement des semaines d'actions qui reposent sur des mouvements spécifiques dans tous les services." La manifestation s'est déroulée dans le calme.