Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

4.000 manifestants dans les rues du Mans contre la politique du gouvernement

mardi 9 octobre 2018 à 11:38 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Maine

Environ 4.000 personnes se sont rassemblées au Mans à l'appel des syndicats pour une grève interprofessionnelle ce mardi. Ils évoquent un ras-le-bol général contre la politique d'Emmanuel Macron.

La CGT, mais aussi FO ou FSU étaient mobilisés au Mans mardi matin
La CGT, mais aussi FO ou FSU étaient mobilisés au Mans mardi matin © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Le Mans, France

Des retraités, des employés, du personnel hospitalier ou encore des étudiants... Ils étaient près de 4.000 ce mardi matin dans les rues du Mans pour protester contre les mesures du gouvernement. 

Le personnel hospitalier dénonce le manque de moyens - Radio France
Le personnel hospitalier dénonce le manque de moyens © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Des revendications variées

"Macron, on en a ras les pâquerettes, s'agace Michel, responsable CGT USR Retraités au Mans. Augmenter la CSG et baisser nos retraites, on est pas d'accord !". Un peu plus loin dans le cortège, les enseignants en filière professionnelle sont venus nombreux, accompagnés de quelques lycéens. "En filière gestion-administration, 1.500 postes de profs vont être supprimés sur les 4.700 existants", s'alarme Gwen, qui craint pour son poste et celui de ses collègues. Du côté des élèves, on s'inquiète davantage de Parcoursup, la nouvelle plateforme permettant de faire ses vœux d'enseignement supérieur.

Défendre le service public, c'est le mot d'ordre des manifestants. Angela, factrice au Grand-Lucé, dénonce "la diminution des services publics notamment en campagne"

On a de moins en moins de bureaux de Poste et le gouvernement veut en plus la privatiser !

Mobilisation stable

Après plus d'un an de manifestations à répétition contre la politique d'Emmanuel Macron, les manifestants restent motivés. "C'est compliqué mais on va y arriver, il ne faut pas qu'on lâche !", lance Angela. 

Un manque d'écoute de l'exécutif critiqué aussi par certains élus. Sophie Moisy, conseillère municipale déléguée au handicap à la ville du Mans, a tenu à participer : "il est grand temps qu'on fasse des choses collectivement, chacun ne peut plus subir individuellement".