Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

400 entreprises sarthoises n'ont toujours pas fait les démarches pour le prélèvement à la source

mardi 6 novembre 2018 à 18:44 Par Jérôme Collin, France Bleu Maine

Le prélèvement à la source de l'impôt entrera en vigueur le 1er janvier 2019. À moins de deux mois de cette réforme, environ 400 entreprises en Sarthe n'ont toujours pas fait les démarches nécessaires.

Impots
Impots © Radio France

Sarthe, France

À moins de 60 jours de l'application du prélèvement à la source, certaines entreprises ne sont pas encore prêtes en Sarthe. Il y en a environ 400 qui n'ont pas fait les démarches nécessaires, selon la direction départementale des Finances publiques. Ce sont essentiellement des PME et des TPE, des entreprises de moins de 5 ou 10 salariés. "Il reste un peu de pédagogie à faire", reconnaît Nicolas Palussière, directeur adjoint des Finances publiques. "Sur ces 400 entreprises, l'Urssaf en a pris une bonne partie à sa charge avec des appels téléphoniques individuels", détaille-t-il.

Du côté des fonctionnaires, 28 000 des 34 000 en Sarthe ont déjà bénéficié de la préfiguration ou vont en bénéficier au mois de novembre. Ils savent déjà à quoi ressemblera leur bulletin de salaire à partir du mois de janvier.

Moins d'inquiétude mais pas un système sans faille

Du côté des particuliers, les inquiétudes sont moins fortes qu'en septembre, au moment de l'officialisation du prélèvement à la source. De nombreux Sarthois se sont renseignés en contactant le centre d'appels du Mans. "Globalement le système fonctionne. On l'a testé, on le sait. Clairement, il y a moins d'inquiétude. Elle était générale en septembre, elle a peut-être été initiée par les plus hautes sphères. Depuis, l'essentiel des questions ont été posées, mises sur la table et résolues", souligne Nicolas Palussière.

Pour autant, ça ne veut pas dire qu'il n'y aura aucun bug ou petit problème. "Quand on dit que le système est prêt, il l'est. _Ça n'empêchera pas évidemment quelques ratés par-ci, par-là, quelques petits loupés qu'il faudra traiter au cas par cas_. C'est une grande réforme, importante, donc elle ne se passera pas sans ces petites défaillances", admet Nicolas Palussière