Économie – Social

Salaires, conditions de travail : les fonctionnaires manifestent à Dijon

Par Marion Bargiacchi et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne mardi 26 janvier 2016 à 18:07

Ils étaient 400 manifestants selon les syndicats
Ils étaient 400 manifestants selon les syndicats © Radio France - Thomas Nougaillon

Entre 250 et 400 fonctionnaires se sont rassemblés devant la préfecture ce mardi 26 janvier, avant de défiler. Ils réclament un dégel du point d'indice qui permet l'augmentation de leur salaire ainsi qu'une amélioration de leurs conditions de travail.

Devant la préfecture de Dijon, la manifestation a rassemblé 400 personnes selon les organisateurs et 250 selon les forces de l'ordre. Les fonctionnaires réclament un dégel de leur point d'indice, bloqué depuis six ans, ainsi qu'une revalorisation de leurs salaires.

Manifestation des fonctionnaires devant la préfecture de Dijon. - Radio France
Manifestation des fonctionnaires devant la préfecture de Dijon. © Radio France - Thomas Nougaillon

Mais certains, comme Julie, infirmière en gériatrie, manifestent aussi pour avoir des conditions de travail décentes. Elle témoigne :
"Il y a une grosse politique d'austérité qui est menée. On a de mois en moins de moyens."

Les deux derniers mois, en gériatrie, on s'est retrouvé sans savon. Mesure d'économie : on en dépensait trop pour laver les gens.

"Je vous parlerai même pas des stylos supprimés depuis quatre ans. On n'a plus le droit, c'est un outil de travail. Je vous parlerai des urgences où, sur la zone d'attente, ils peuvent être 25 brancards entassés... où ils ont même pas le droit de commander un plateau et où ils en partagent un entre deux personnes pour nourrir les gens.

Tout ça parce que le gouvernement préfère voter 250 millions de plus pour la Défense et diminuer encore pour les hôpitaux. "

Ce qui fait le plus mal au cœur pour nous, c'est pour les patients. A l'heure actuelle, avec nos moyens et nos personnels, on fait de la maltraitance.

"On fait tout le boulot, ça marche mais on coûte trop cher. C'est dégueulasse."

Le témoignage de Julie, infirmière en gériatrie.

Yasmina Soltani, secrétaire départementale de la CGT, est aussi là. Elle dénonce les restructurations des services :

"Le plan de suppression et de restructuration a comme conséquence la fermeture de l'hôpital de nuit et  l'hôpital d'urgence de Montbard, la fermeture de la trésorerie à Selongey. Donc pour les usagers une contrainte supplémentaire : la nuit à Montbard, comment ils vont faire ? Ils vont se déplacer à Dijon ? Et ceux de Selongey, les personnes qui n'ont peut être pas les moyens de mettre de l'essence dans leur voiture pour se déplacer jusqu'à des trésoreries générales, comment vont-elles régler leur problème ? Par Internet ? On sait que la fracture numérique existe aussi."

On est en train de détricoter tout ce tissu social qui était une protection pour la population. Nous sommes là pour ça aussi !

  • Yasmina Soltani

Yasmina Soltani s'exprime sur les restructurations

Le taux de participation pour les enseignants dans le 1er degré a été de 11,19%. Il s’élève à 23,64 % pour les enseignants des collèges publics (le taux national est de 22,32%).  En Lycée, le taux de participation des enseignants a été de 9,71%.