Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

SMIC : 5 millions de foyers toucheront 100 euros de plus par mois le 5 février

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le Premier ministre détaille ce lundi les mesures annoncées en faveur du pouvoir d'achat dans une interview donnée dans Les Echos. Un mois après le début du mouvement des "gilets jaunes", Edouard Philippe reconnaît des erreurs dans la gestion de la crise et promet d'aller plus vite.

Edouard Philippe lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée sur la crise des "gilets jaunes".
Edouard Philippe lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée sur la crise des "gilets jaunes". © Maxppp - Thomas Padilla

Une semaine après les annonces télévisées du Président Emmanuel Macron en faveur du pouvoir d'achat, Edouard Philippe donne des précisions sur les modalités d'applications dans un entretien aux Echos. Smic, heures supplémentaires, CSG... le Premier ministre promet d'"accélérer les mesures qui permettent de distribuer du pouvoir d'achat tout en conservant celles qui améliorent la compétitivité des entreprises". Le coût de ces mesures est estimé à 10 milliards d'euros.

La hausse de 100 euros par mois "dès le 5 février"

C'est l'une des mesures emblématiques annoncées par Emmanuel Macron : "Le salaire d’un travailleur au smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019". Le Premier ministre clarifie : il ne s'agit pas d'une hausse du salaire, mais d'une hausse de la prime d'activité (déjà en existante) "pour atteindre la hausse de 100 euros". Elle s'appliquera "dès le 5 février pour compléter le salaire du mois de janvier". 

Toutefois, cette prime, calculée sur la base des revenus du foyer, ne concernera pas tous les salariés au smic, mais seulement un smicard sur deux. "Cela peut paraître étonnant, mais 1.2 millions de salariés payés autour du smic se trouvent dans les 30% des foyers français les plus aisés", explique Edouard Philippe.

La prime d'activité sera étendue à 5 millions de foyers (contre 3.8 millions actuellement). Par exemple, tous les salariés célibataires sans enfant auront 100 euros de plus jusqu'à 1 560 euros net de revenus, même chose pour une mère célibataire avec un enfant qui gagne 2 000 euros par mois. La prime d'activité permet aussi d'inclure les indépendants et les fonctionnaires.

La hausse de la CSG touchera 3 retraités sur 10

Autre mesure phare annoncée par Emmanuel Macron, l’augmentation de la contribution sociale généralisée subie en 2018 va être annulée pour les retraités touchant moins de 2 000 euros net par mois. Selon le Premier ministre, cette mesure va faire en sorte que "seuls 30% des retraités soient concernés par cette augmentation" contre 60% initialement prévu.

Sont concernés par cette hausse, les retraités dont le revenu fiscal de référence est supérieur à 22 580 euros pour une personne seule, à 34 600 euros pour un couple.

Les heures supplémentaires défiscalisées et exonérées d'impôt sur les revenus

Les heures supplémentaires seront exonérées de cotisations salariales dès janvier (et non en octobre 2019) et bénéficieront en plus d'une exonération d'impôt sur le revenus. "Le gain s'élèvera à 400 euros par an en moyenne".

La prime exceptionnelle totalement défiscalisée

Pour les salariés, la prime exceptionnelle versée par les entreprises en 2019 - sur la base du volontariat- sera entièrement défiscalisée (impôts, charges sociales, CSG-CRDS), jusqu'à un montant de 1 000 euros "pour les salariés qui gagnent moins que trois fois le smic".

Des mesures à 10 milliards d'euros

Toutes ces mesures "vont coûter de l'ordre de 10 milliards d'euros". Pour les financer, le Premier ministre prévoit de laisser filer un peu le déficit en 2019, qui dépassera les fameux 3%. Le gouvernement table sur un déficit à 3.2% en 2019 contre 2.8% annoncé. 

Edouard Philippe demande aussi des efforts aux grandes entreprises. La baisse progressive de l'impôt sur les sociétés sera reporté d'un an pour les entreprises ayant au moins 250 millions de chiffres d'affaires. Le gouvernement compte aussi sur la taxe sur les Gafa dès 2019 qui devrait rapporter 500 millions d'euros.

Enfin, le gouvernement prévoit des économies des dépenses publiques de l'ordre de 1 à 1.5 milliards d'euros en 2019, sans préciser où.

Toutes ces mesures doivent maintenant être débattues au Parlement. Timing serré pour le gouvernement qui espère un vote vendredi 21 décembre, avant Noël.

© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess