Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"6.000 euros à régler": à Saint-Denis, les locataires d'une cité dénoncent des factures d'eau "exorbitantes"

-
Par , France Bleu Paris

Des locataires de la cité Allende à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) se mobilisent depuis plusieurs jours contre des factures d'eau à régulariser, envoyées par leur bailleur Logirep. Ils dénoncent des montants "exorbitants" et "injustifiés". Reportage.

À Saint-Denis, des locataires de la cité Allende dénoncent des factures d'eau "exorbitantes" réclamées par le bailleur social Logirep
À Saint-Denis, des locataires de la cité Allende dénoncent des factures d'eau "exorbitantes" réclamées par le bailleur social Logirep © Radio France - Hajera Mohammad

Dans la cité Salvador Allende de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la colère gronde. Des banderoles ont été accrochées sur les grilles du square en bas des immeubles et au bord de l'avenue Stalingrad pour dénoncer ce que bon nombre de locataires ici, considèrent comme un "abus", une "injustice".

Des centaines voire des milliers d'euros à régler

Les premiers courriers sont arrivés dans les boîtes à lettres en janvier dernier. Pour Woosly et sa compagne Audrey, qui vivent depuis 2015 dans leur appartement, c'est la douche froide. "On me dit que je dois payer 6.786 euros alors que mon loyer est de 700 euros d'habitude". La somme supplémentaire correspond en fait à une régularisaton des charges d'eau à régler avec des arriérés qui remontent à 2015 pour le couple.

La facture de Sandrine est un peu plus "légère" : 977 euros. Mais avec son petit salaire, trois ados à la maison et malgré le salaire de son mari, impossible de régler cette somme. Surtout, elle n'apprécie pas la méthode de faire du bailleur social Logirep. "On ne sait pas d'où sort ce montant, on les appelle, on leur envoie des mails mais ils ne nous donnent jamais d'explication", affirme-t-elle. "On veut des explications, savoir pourquoi on doit payer des sommes astronomiques comme ça, surtout en cette période de crise sanitaire ! Ils ne comprennent pas que certaines personnes ne vont pas pouvoir régler ?!"

"On attend des explications" - Sandrine, locataire de la cité Allende à Saint-Denis

"Impossible de payer"

Payer son loyer et ses charges était déjà difficile pour beaucoup de locataires, mais avec la crise sanitaire, la situation est devenue intenable pour certains. Gnonfouthé, maman de trois enfants et femme de ménage dans une grande entreprise à Paris, est en chômage partiel depuis le début de la crise sanitaire. Logirep lui réclame 3.173 euros, "c'est trois fois mon salaire", dit-elle. Pour Woosly, chauffeur de taxi, les temps sont durs aussi. "Depuis un an, j'ai perdu la moitié de mon chiffre d'affaires. Avec mon salaire, le Smic de ma femme et deux enfants, sans compter un troisième bientôt, impossible de payer"

"6.000 euros à régler": à Saint-Denis, les locataires de la cité Allende dénoncent des factures d'eau "exorbitantes"
"6.000 euros à régler": à Saint-Denis, les locataires de la cité Allende dénoncent des factures d'eau "exorbitantes" © Radio France - Hajera Mohammad

Jean-Luc, retraité de 73 ans, assure avoir toujours payé son loyer sans retard depuis 46 ans et demande au bailleur d'être un peu plus "diplomate" dans sa manière de faire également. Pareil pour Claudia, chez qui un huissier s'est présenté au début de ce mois d'avril. "C'est violent, d'autant qu'on a toujours pas d'explications sur les montants demandés".

Certains ont peur désormais de consommer trop d'eau à la maison. "Aujourd'hui, on ne sait même comment on doit prendre nos bains, faire la vaisselle. Même mes enfants je leur dit de ne pas utiliser trop d'eau !", nous racontre Woosly. Bintou, elle, "utilise beaucoup moins l'eau du robinet" aussi et achète même d'avantage de bouteilles d'eau minérale, persuadée que ça lui coûtera moins cher. 

Woosly et Audrey doivent régler plus de 6.000 euros de charges d'eau à leur bailleur Logirep
Woosly et Audrey doivent régler plus de 6.000 euros de charges d'eau à leur bailleur Logirep © Radio France - Hajera Mohammad

Les explications du bailleur

Contacté par France Bleu Paris, le bailleur Logirep explique qu'une nouvelle société (ISTA) a été chargée l'annnée dernière de déployer de nouveaux compteurs d'eau (chaude et froide) sur la résidence Allende qui compte 526 logements HLM. Ces compteurs sont équipés d'un dispositif de "télérelève", "qui permet à terme de nombreux avantages" pour ses clients comme la "facturation basée sur la consommation réelle de chaque mois".

C'est lors de la dépose des compteurs que les relevés d'index "ont mis en exergue que plusieurs locataires n'étaient pas facturés sur leurs consommations réelles mais sur un forfait (en deça des consommations)", assure Logirep. Ainsi, 328 locataires présentent une "régularisation débitrice, parmi eux 43 locataires connaissent, il est vrai, une forte régularisation", reconnaît le bailleur. Mais a contratio, "198 locataires présentent une régularisation créditrice", c'est à dire qu'ils ont été remboursés. 

Logirep propose une réunion aux locataires

"Nous sommes conscients de l’impact et du ‘poids’ d’une telle dépense en cette période. Nos équipes ont communiqué à plusieurs reprises avec les locataires pour répondre aux interrogations soulevées et évoquer avec un planning d’échelonnement de la régularisation". Une réunion a été proposée aux locataires pour "entendre leurs doléances", assure Logirep

Mais du côté des locataires d'Allende, on exige surtout un nouveau calcul des charges et une prise en compte de la situation financière de chacun. Quant à l'échelonnement proposé, Woosly assure que pour lui, il a déjà été mis en place sans qu'on lui demande son avis. "Ils ont imposé un prélèvement de 50 euros par mois pour régler la dette, mais ça va me prendre dix ans pour payer les 6.000 euros !", assure-t-il. 

Une pétition lancée par des habitants a déjà recueilli près de 160 signatures. 

"6.000 euros à régler": à Saint-Denis, les locataires de la cité Allende dénoncent des factures d'eau "exorbitantes"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess