Économie – Social

Tours : 6 000 manifestants contre la loi travail

Par Fabien Fourel, France Bleu Touraine jeudi 31 mars 2016 à 14:57

Manifestation contre la loi travail à Tours
Manifestation contre la loi travail à Tours © Radio France - Fabien FOUREL

Mobilisation sans précédent contre le projet de loi Travail aujourd'hui à Tours. Plus de 6 000 personnes sont parties de la Place de la Liberté ce matin à Tours, avec pour objectif de montrer que la mobilisation ne faiblit pas et d'obtenir le retrait du texte.

C'est la première fois qu'ils étaient autant à se mobiliser contre la Loi Travail à Tours. Plus de 6 000 manifestants se sont élancés ce matin de la place de la Liberté pour rejoindre plus tard la place Anatole France. Ils étaient 2 000 de plus que lors des précédentes mobilisations.

Cortège manifestants  - Radio France
Cortège manifestants © Radio France - Fabien FOUREL

Et dans le cortège qui s'étendait sur plusieurs centaines de mètres, il y avait des étudiants comme lors de la manifestation du 9 Mars, Martin est en troisième année de licence :

Avec la Loi Travail c'est le patronat qui va avoir tous les droits, et moi je veux pouvoir trouver un emploi sans être esclave de mon patron

Mais la nouveauté de cette 4ème journée de mobilisation c'est surtout la présence de salariés comme Sandrine qui travaille chez Cofiroute depuis 35 ans et qui pense que certaines mesures de la Loi Travail sont déjà appliquées dans son entreprise et notamment la flexibilité.

On demande aux salariés de faire des taches pour lesquelles ils ne sont pas payés.. On est des CDI sur la fiche de paye mais en réalité on est des CDD en puissance.

Mais ceux qui sont venus en force cette fois-ci ce sont surtout les retraités, plutôt absent des autres mobilisations. Et parmi eux, Roselyne, professeur des écoles à la retraite, c'est la première fois qu'elle manifeste mais elle ne supporte pas l'idée que ses enfants subissent les conséquences de la Loi El Khomri..

C'est une régression sociale, on fait pression sur les salariés.  Avec ces mesures le patron peut décider de garder ses salariés tant qu'il a besoin d'eux.

Ni amendement, ni modification, abandon du texte.

En tout cas tous les manifestants sont d'accord : si le gouvernement n'entend pas les cris de la rue, ils se mobiliseront de nouveau et pour eux ce n'est pas négociable, aucune modification ne les convaincra, le texte doit être supprimé.