Économie – Social

Six mois après le séisme au Népal : la solidarité savoyarde avec les sinistrés à l’autre bout des montagnes

Par Anabelle Gallotti, France Bleu Pays de Savoie mardi 27 octobre 2015 à 17:20

le dévaste du sinistre
le dévaste du sinistre - Ang Norbu Sherpa et Karine Payot

Le 25 avril dernier un séisme ravageait plusieurs régions du Népal. Les Gens de Montagne des Pays de Savoie ont immédiatement répondu présent pour soutenir le peuple Népalais. Des milliers d’euros ont été récoltés et investit de manière très concrète au Népal.

Le séisme de magnitude 7,8 a tué près de 8.900 personnes et détruit un demi-million de logements. Des milliers de rescapés vivent encore sous une tente ou un abri temporaire.

Les savoyardes se sont senties concernées

— Frédéric Giroir, directeur de l’Agence Allibert.

En Pays de Savoie ce séisme a eu un retentissement émotionnel très fort. De nombreux guides, marcheurs, alpinistes, voyageurs foulent régulièrement les sentiers ou sommets népalais. Les échanges avec les gardiens de refuge et les sherpas sont également très fréquents par exemple.

Les circuits courts ont permis très vite de venir en aide aux sinistrés

— Jean Michel Asselin, désigné Ambassadeur Bonne Volonté du Népal

les initiatives individuelles ou collectives pour les népalais ont été multiples

Immédiatement après le séisme, des fonds ont été levés en Savoie et Haute-Savoie. De très nombreuses initiatives personnelles mais aussi collectives. Le compte "solidarité Chamonix Népal 2015 » a récolté cent mille euros en six mois. L'agence de Trek Allibert, spécialiste du Népal a récolté soixante dix mille euros, dont soixante mille de la part des clients.

Parmi les initiatives individuelles : celle de la Chambérienne Muriel, elle était en trek au Népal au moment du séisme. De retour chez elle, elle a mobilisé ses amis et ses connaissances, elle a récolté 750 euros, qu’elle a reversés directement aux trois familles népalaises qui l’avaient accueillies. Dans le village de Pussy, en Tarentaise, Babthe et Philipe tiennent un gite. Ils organisent des soirées de soutien au Népalais, ils récoltent de l'argent. Aujourd'hui, pour l'association les Enfants de Katmandu, ils sont là bas. Ils participent à la construction d'un nouveau centre d’accueil à Pohkara.

L’aide financière est donnée de la main à la main  - Aucun(e)
L’aide financière est donnée de la main à la main - Ang Norbu Sherpa et Karine Payot

Et maintenant ? "Relancer l’économie de montagne" Frédéric Giroir, directeur de l’Agence Allibert.

Ce qu’il faut faire, c’est retourner faire du trek au Népal explique Frédéric Giroir, le Directeur de l’Agence Allibert. Chaque groupe de 8 à 10 touristes qui part avec cette agence est entouré d’une équipe de 10 népalais. Cela donne du travail aux guides népalais, aux guides francophones, aux porteurs, aux cuisiniers etc. L’économie des régions de montagne repose sur ces treks.

Le Directeur de l'agence Allibert. Frédéric Giroir


L'association Pour les Enfants de Katmandu a encore besoin de dons

le séisme au Népal - infographie - Radio France
le séisme au Népal - infographie © Radio France - Denis Souilla

BONUS - découvrez l'opération  "Solidarité Mont-Blanc Népal 2015"