Économie – Social

600.000 euros pour les commerçants rennais victimes des manifs anti-loi travail

Par Fanny Beaurel, France Bleu Armorique et France Bleu mardi 6 septembre 2016 à 17:38

Vitrine cassée en marge d'une manifestation à Rennes en juin
Vitrine cassée en marge d'une manifestation à Rennes en juin © Radio France - Brigitte Hug

L'Etat a décidé de débloquer une aide exceptionnelle de 600.000 euros à destination des commerçants et artisans rennais victimes des manifestations anti-loi travail au printemps dernier. Cette aide inédite vient compléter d'autres dispositifs de soutien mis en place depuis l'été.

Seules Rennes et Nantes vont pouvoir bénéficier de cette aide inédite. Pour la seule ville de Rennes, l'Etat débloque une enveloppe de 600.000 euros pour les commerçants et artisans qui ont vu leur chiffre d'affaire baisser d'au moins 30% entre mars et juin. Il faut dire que la clientèle a déserté le centre ville après les violences et dégradations en marge des manifestations anti-loi travail.

Des aides de 3000 euros en moyenne

Les professionnels concernés doivent envoyer leur dossier à la chambre de commerce et d'industrie ou à la chambre des métiers. Les artisans et commerçants pourront prétendre à une aide de 3000 euros en moyenne, jusqu'à 10 000 euros si la perte de chiffre d'affaires est supérieure à 50%. Une commission chargée d'examiner ces dossiers se réunira dès le début du mois d'octobre et sera présidée par le préfet d'Ille-et-Vilaine Christophe Mirmand. Objectif : que l'enveloppe soit dépensée d'ici la fin de l'année. "C'est un gros coup de pouce pour relancer tous les commerçants qui ont subi des dommages. ça compensera pas toutes les pertes mais c'est fait pour donner quelque chose à tout le monde, c'est le partage, la solidarité" se satisfait Charles Compagnon, le vice président de l'association de commerçants Le Carré Rennais.

Charles Compagnon, vice président du Carré Rennais est satisfait

Une aide qui s'ajoute à d'autres

Les artisans et commerçants ont déjà pu bénéficier d'autres aides. 163 dossiers ont été examinés en préfecture et une cinquantaine ont été retenus. Cela s'est traduit par des reports de cotisations ou à des remboursements de franchises pour les vitrines cassées. Ces remboursements atteignent 103 000 euros. Par ailleurs la mairie a mis en place cet été des mesures de gratuité et d'accessibilité pour relancer l'activité dans le centre ville rennais.