Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

6000 salariés d'Arkéa et leurs soutiens défilent à Paris

jeudi 17 mai 2018 à 20:08 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Comme prévu, les salariés d'Arkéa étaient plus de 5000, sans doute 6000 entre la Bastille et Bercy. Un mot d'ordre : l'indépendance pour leur groupe bancaire. Une démonstration de force pour appuyer la démarche "séparatiste" de leurs dirigeants.

La manif Arkéa dans les rues de Paris ce 17 Mai
La manif Arkéa dans les rues de Paris ce 17 Mai © Radio France - Célia Quilléret

Paris, France

Une manifestation très colorée, très "rouge arkéa" avec t-shirt, lunettes et banderoles... et parsemée de milliers de cœurs, rouges aussi. Le ton est donné, le cortège se veut joyeux et souriant, comme pour démontrer dynamisme et volontarisme. Parmi les personnes mobilisées ce jour, des salariés d'Arkéa, ou de ses filiales, mais aussi des soutiens, et des élus bretons : députés, maires, ancien parlementaire...

C'est à nous de décider de notre avenir

Le directeur de Financo, par exemple, Antoine Michaud : "On vient dire à Paris que l'indépendance c’est le sujet des administrateurs et des salariés, et de personne d'autre. C'est une démonstration de force. Nos propriétaires sont les caisses locales, elles ont voté à une écrasante majorité. C'est à nous de décider de notre avenir". Au cœur de l'inquiétude affichée par ce dirigeant, le spectre de la reprise en main par le CM11-CIC : "il y a des milliers d'emplois en jeu, nos services sont en doublons". 

Pourtant, les syndicats de l'ensemble des branches du Crédit Mutuel ont obtenu la rédaction d'un texte (futur article 7), qui doit amender les statuts de la confédération et redire qu'elles sont autonomes pour les emplois et les centres de décision. Visiblement, cet argument ne suffit pas à convaincre les manifestants du jour.

La prochaine assemblée générale de la CNCM doit se tenir le 31 mai. Une délégation a été reçue par les services du Ministre Bruno Le Maire. Il n'a pas pu, lui, constater la marée rouge sous ses fenêtres, puisqu'il était en déplacement... dans le Gers.