Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

650 personnes mobilisées à Perpignan contre la réforme des retraites

-
Par , France Bleu Roussillon

La CGT a mobilisé environ 650 personnes à Perpignan ce mardi 24 septembre contre la réforme des retraites. La grande majorité vient du public, très peu du secteur privé. Le cortège a fait la petite boucle par le centre ville et s'est dispersé devant le Castillet.

La CGT a donné de la voix contre la réforme des retraites
La CGT a donné de la voix contre la réforme des retraites © Radio France - Anne-Natacha Bouillon

Faible mobilisation ce mardi à Perpignan pour la défense des retraites, seules 650 personnes ont manifesté à l'appel de la CGT. De nombreux retraités ont rejoint les salariés du public, et quelques travailleurs du privé. "On est tous concernés" clament les représentants syndicaux. 

"À 67 ans, on va être complètement déconnectés face à des ados."

Dans l'Éducation nationale, "travailler plus longtemps va être très difficile" estiment les professeurs mobilisés. Christophe enseigne les lettres au lycée Picasso, il se demande comment il va tenir : "C'est très difficile d'être confrontés à des ados. Nous à 67 ans, on peut être complètement déconnectés".

"Fini aussi les régimes spéciaux, qui permettent de partir plus tôt en retraite", souligne cet ancien de la RATP. Ces régimes avaient été accordés en raison des conditions de travail. Aujourd'hui précise Michel"la tâche est tout aussi ardue : moi j'étais conducteur de bus. Avant c'était difficile avec le matériel. Aujourd'hui, il y a plus de confort, mais avec les embouteillages, la cadence des tournées, l'agressivité des usagers, c'est toujours aussi pénible."

Les petits ruisseaux font de grandes rivières

Quelques salariés de banques et du chocolatier CEMOI ont battu le pavé, en regrettant de ne pas être plus nombreux. "Ce n'est pas faute d'en avoir parlé" précise Damien manutentionnaire chez CEMOI :  "J'ai tracté ces derniers jours à la sortie de l'entreprise. Là j'ai l'impression que les gens s'en foutent."

Le responsable CGT dans le département, Jean-Claude Zaparty est plus optimiste : "Les petits ruisseaux font les grandes rivières. C'est un premier rendez-vous qui en appelle d'autres, puisqu'une immense majorité des français est inquiète."

Et finalement, ce sont les responsables syndicaux qui excusent les absents : "Aujourd'hui c'est très difficile de perdre une journée de salaire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess