Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Sept repreneurs pour les décolleteurs du groupe Maike Automotive dans la vallée de l'Arve

mercredi 10 janvier 2018 à 6:07 Par Marie Ameline, France Bleu Pays de Savoie

Sept industriels ont déposé des dossiers de reprise pour les troisd entreprises du groupe de décolletage Maike Automotive dans la Vallée de l'Arve. Toutes les activités seraient maintenues mais des emplois indirects seraient supprimés.

Les entreprises Franck et Pignard, Précialp et EMT seront fixées le 8 février
Les entreprises Franck et Pignard, Précialp et EMT seront fixées le 8 février © Radio France - Marie Ameline

Bonneville, France

La période de dépôt des offres de reprise du groupe Maike Automotive s'est achevée ce lundi 8 janvier. Sept repreneurs potentiels se sont manifestés.  Les sept candidats à la reprise ont tous en commun d'être des industriels du secteur automobile. Parmi eux, deux chinois et cinq entrepreneurs locaux.

La société de Marignier Alpes Léman souhaite racheter EMT, et un trio composé notamment  d'Alpentech basé à Vougy et Kartesis Industries à Saint-Pierre en Faucigny s'est positionné pour reprendre Franck et Pignard et Précialp. Même s'il est soulagé ce mercredi matin que des solutions se profilent, le président de Maike Automotive, Michel Maire, ne cache pas une certaine déception.

"Nous espérions qu'une firme allemande fasse une offre"

Sur le détail des offres et surtout les projets industriels qu'ils portent, Michel Maire assure que tous les sites et activités seront maintenus, en revanche, des emplois seront supprimés. A priori "

"Pas les emplois directs ceux des ouvriers qui travaillent la matière, sauf chez EMT où certains pourraient être supprimés, mais les emplois indirects"

Des emplois de bureaux, de manutention ou encore de transports.. Mais rien n'est arrêté. Les projets de reprise vont maintenant être présentés au personnel, précisés, discutés avec mandataires et administrateurs judiciaires. Il peuvent encore évolués, jusqu'à deux jours avant l'audience et la décision du tribunal de commerce de Grenoble le 8 février.