Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les wagons du train des primeurs vont quitter les Pyrénées-Orientales pour le Gard

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu Gard Lozère

Les 75 wagons du train des primeurs Perpignan-Rungis partiront à Nîmes lundi prochain pour y être stockés jusqu'à une éventuelle reprise du service début novembre. Un déménagement très inquiétant pour la CGT qui dénonce "un enterrement en catimini."

75 wagons primeurs Perpignan/Rungis déménagent dans le Gard
75 wagons primeurs Perpignan/Rungis déménagent dans le Gard © Radio France - Thierry Colin

Perpignan, France

Le déménagement est acté : les 75 wagons frigorifiques qui composent le train des primeurs Perpignan-Rungis partiront dans le Gard lundi prochain pour être stockés jusqu'à une possible reprise du transport en novembre. Pour la CGT, il s’agit surtout d’un enterrement déguisé

Selon l’union locale Perpignan Sud du syndicat, il n’y a pas de doute : si les wagons quittent les Pyrénées-Orientales pour le Gard, c'est parce qu'il ne reprendront pas du service au 1er novembre. Et ce, malgré les annonces du gouvernement. Pour Mickaël Meusnier de la CGT 66, l’attitude de Fret SNCF est louche : "Il y a déjà 12 wagons à Nîmes depuis six mois, sans qu’aucune réparation ne soit entreprise. C'est un enterrement en catimini."

Rien de suspect au contraire pour la SNCF. Si les wagons partent à Nîmes, c’est pour être entreposés dans un local plus grand, mieux sécurisé et dans un atelier plus efficace, notamment sur les gros travaux.

En revanche pour Stéphane Derlincourt, le directeur de Fret Combi Express, le chantier de réparation de ces trains vétustes ne débutera que si les clients souhaitent maintenir ce mode de transport. "On est en train d'examiner les alternatives possibles." Pour lui, ce n’est clairement pas l’avenir. Il souhaite privilégier l'utilisation de "trains combinés" avec des conteneurs réfrigérés. Une solution qui limiterait les départs de train à vide.

Choix de la station

France Bleu