Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : 75e anniversaire du Débarquement

75e anniversaire du Débarquement : l'aéroport de Cherbourg-Maupertus s'apprête à accueillir 200 avions

-
Par , France Bleu Cotentin

L’aéroport de Cherbourg-Maupertus est cette semaine l'une des plaques tournantes pour les avions qui participent aux commémorations. Son responsable, Julien Alcacer était l'invité de France Bleu Cotentin lundi matin.

200 avions américains vont passer par Maupertus pour participer aux cérémonies de commémorations.
200 avions américains vont passer par Maupertus pour participer aux cérémonies de commémorations. - U.S. Air Force photo/Airman 1st Class Dillon Johnston

Cherbourg, France

A Maupertus, le trafic explose pour le 75e anniversaire du D-Day avec les appareils qui vont transporter les militaires et le matériel pour les cérémonies. Ces appareils ont commencé leurs rotations depuis le milieu de semaine dernière. 

Quel type d'appareils recevez-vous à Maupertus pour ces commémorations ?

Actuellement on reçoit des Hercules C130, des avions militaires de l’armée américaine. Nous avons accueilli un Globe Master C117, un gros transporteur. Tous ces avions arrivent directement des Etats-Unis.

Y aura-t-il des avions historiques ?

Ils arrivent le 4 juin. Nous attendons jusqu’à huit Dakota et trois Spitfire.

Est-ce que c’est un record d’affluence pour Maupertus ?

Il est vrai que cette année c’est assez exceptionnel, en avions comme en passagers. Nous avons accueilli à peu près 500 parachutistes, sachant qu’il y en aura mille qui embarqueront le 9 juin pour sauter sur La Fière. En volume d’avions, on va être à peu près sur 200 avions sur la semaine.

Comment cela se passe-t-il d’un point de vue logistique ? C’est une vraie organisation ?

Oui, on a été obligés de demander des renforts des terrains du groupe d’Edéis : des pompiers et des agents pour faire le carburant. Nous prévoyons un volume d’un million de litres sur dix jours.  La tour de contrôle est renforcée aussi par un contrôleur militaire de l’armée américaine, et un contrôleur de l’armée française. 

Comment gérez-vous le reste du trafic, notamment les avions de tourisme ?

Nous devons limiter la venue de ces avions car nous préférons garder de la place pour les gros porteurs qui arrivent tous les jours, à longueur de journée. Nous leur donnons ce qu’on appelle un PPR, autrement dit une autorisation de venir. C’est un numéro, donc ils sont rangés par ordre : on sait ceux qui peuvent venir, et ceux qui ne peuvent pas venir. 

Et est-ce qu’on peut venir voir ces avions ?

Oui, les avions sont visibles. D’ailleurs ce week-end, nous avons énormément de visiteurs. On peut les voir décoller sans problème, depuis les clôtures qui sont à proximité immédiate du parking. Mais pour des raisons de sûreté et de sécurité, on ne peut pas donner accès au parking-même. 

C’est un événement très important dans l’année, est-ce que vous voyez la différence au niveau du chiffre d’affaire ?

Bien sûr. Maintenant, combien ça représente, on ne peut pas encore le dire. On vit au jour le jour. 

Savez-vous quand le calme reviendra sur l’aéroport de Maupertus ? 

Normalement, si tout va bien, à partir du 11 juin. Les Américains commenceront à repartir le 10, les derniers rentreront le 11.