Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

800.000 euros investis dans des entrepôts au Havre, l'entrepreneur des Côtes-d’Armor attend toujours

mercredi 8 novembre 2017 à 15:26 Par Sixtine Lys, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

L'entreprise Eurasia avait acheté en 2011 des entrepôts désaffectés à la ville du Havre. Elle avait promis de dynamiser cette zone abandonnée, avec des travaux de rénovation, 700 nouveaux emplois, etc. Six ans plus tard, toujours rien. Et l’entrepreneur costarmoricain attend toujours. Explication.

La zone devait être transformée en une grande zone commerciale de grossistes, avec près de 700 emplois créés, alors que cette partie de la ville est pour l’instant à l’abandon.
La zone devait être transformée en une grande zone commerciale de grossistes, avec près de 700 emplois créés, alors que cette partie de la ville est pour l’instant à l’abandon. © Radio France - Amélie Bonté

Le Havre

En 2011, la vente de ces anciens entrepôts Sage est signée en grande pompe par le maire de l’époque, Edouard Philippe.

La mairie empoche sept millions d’euros et la promesse que ce no man's land va être transformé en un grand pôle d’import-export avec la Chine. Le groupe Eurasia dirigée par Hsueh-Sheng Wang promet 16 millions d’euros de travaux pour tout remettre à neuf. Une affaire rondement menée donc.

En 2013, un entrepreneur des Côtes-d’Armor investit 800.000 euros dans des entrepôts pour les louer. Ces lots devaient être livrés neufs en juin 2014, l’entrepreneur les attend toujours. Eurasia n’a jamais fait les chantiers promis, si ce n’est quelques travaux "cache-misère", selon Louis Duval, avocat de l’entrepreneur.

Eurasia a empoché 26 millions d’euros

Pire encore, le Costarmoricain découvre en lisant presse locale que les Restos du cœur s'installent dans ses locaux, sans aucun droit valable, et qu’ils payent le loyer à Eurasia. L’entrepreneur a porté plainte.

Selon l’avocat, l'homme d'affaire chinois a tout simplement fait une manœuvre financière bien juteuse : acheter les entrepôts 7 millions d’euros, faire quelques travaux de façade, et céder les parcelles au prix du neuf. Selon le rapport d'activité de 2014, le groupe Eurasia a empoché au moins 26 millions d’euros. Pour l'avocat du Costarmoricain, de belles liquidités pour investir ailleurs.