Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

900 marocains arrivent en Corse pour la saison des clémentines

-
Par , , France Bleu RCFM, France Bleu

Le Maroc et la Corse organise un pont aérien pour acheminer 900 saisonniers qui participeront à la récolte des clémentines. La profession est à l'origine de cette initiative négociée avec les autorités en raison de la crise sanitaire.

Un pont aérien entre le Maroc et la Corse organisé dans la perspective de la saison des clémentines
Un pont aérien entre le Maroc et la Corse organisé dans la perspective de la saison des clémentines © Maxppp - Gérard Baldocchi

900 saisonniers marocains en Corse pour faire la saison des clémentines.

Les producteurs insulaires ont travaillé avec les autorités françaises et marocaines pour permettre la venue dans l'île de ces travailleurs, malgré les restrictions de déplacement imposées par la COVID. Un dispositif négocié par les professionnels, eux-mêmes. Ce sont, en effet, les agrumiculteurs qui ont voulu la mise en oeuvre de ce pont aérien entre Corse et Maroc. Même si des centaines d'insulaires participent chaque année à la campagne clémentines, ils sont loin d'être suffisants, au regard des 1.500 hectares de clémentiniers à traiter, pour près de 30.000 tonnes de fruits récoltés.

Ce sont les professionnels qui sont donc à l'initiative, ce sont eux d'ailleurs qui prendront à leur charge l'affrètement des 5 avions pour le transport de ces travailleurs qui arriveront à partir de vendredi 9 octobre. Le coût avoisine le demi-million d'euros.

Un protocole sanitaire strict

Par ailleurs, un strict protocole sanitaire sera mis en oeuvre : des prélèvements seront effectués avant le départ du Maroc, puis, une semaine après leur arrivée dans l'île et enfin, à nouveau avant leur départ. Si un cas COVID devait être détecté, il serait bien entendu immédiatement isolé. 

Ce dispositif, en tout point exceptionnel, n'a pu être mis en oeuvre qu'avec l'implication de tous les acteurs, les agrumiculteurs mais aussi les services de l'Etat en particulier, avec un appui essentiel de la préfecture.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess