Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

94 emplois sauvés chez General Electric à Belfort : "C'est un début, la mobilisation continue"

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Après une première victoire - la direction a accepté de diminuer l'ampleur du "plan de sauvegarde de l'emploi" - les syndicats espèrent poursuivre sur leur lancée. Ils ont mobilisé ce vendredi un peu plus de 300 personnes, pour mettre la pression sur les dirigeants.

Un peu plus de 300 personnes ont répondu à l'appel des syndicats, qui protestent toujours contre le "plan de sauvegarde de l'emploi".
Un peu plus de 300 personnes ont répondu à l'appel des syndicats, qui protestent toujours contre le "plan de sauvegarde de l'emploi". © Radio France - Théo Hetsch

Une fois n'est pas coutume, les sourires étaient de sortie ce vendredi 16 avril dans la manifestation devant les locaux de General Electric Steam Power à Cravanches, près de Belfort. Un peu plus de 300 personnes avaient répondu à l'appel des syndicats, qui protestent toujours contre le "plan de sauvegarde de l'emploi". Et ils ont obtenu une première victoire : la direction a accepté de diminuer l'ampleur du dégraissage. 94 postes seraient épargnés sur les 238 que ce PSE prévoit de supprimer.

"C'est une première victoire, et je pense qu'on ne l'aurait pas obtenue si la mobilisation n'avait pas été aussi forte" salue ainsi le délégué central CGT Laurent Santoire. Une première victoire qui - ils l’espèrent - va en appeler d'autres, c'est pour cette raison qu'ils ont défilé entre les bâtiments industriels.  Car des départements sont encore durement touchés : construction ou électrique par exemple. "C'est encore trop, ce n'est pas supportable" poursuit donc le responsable de la CFE-CGC Laurent Humbert, "nous avions réclamé la préservation de 130 à 140 postes, afin de pouvoir honorer le carnet de commandes, donc on a obtenu à peine plus de la moitié".

Un peu plus de 300 personnes ont répondu à l'appel des syndicats, qui protestent toujours contre le "plan de sauvegarde de l'emploi".
Un peu plus de 300 personnes ont répondu à l'appel des syndicats, qui protestent toujours contre le "plan de sauvegarde de l'emploi". © Radio France - Théo Hetsch

"On maintient la pression" - nouvelle manifestation le 22 avril

Symbole de ce plan social encore trop large : la banderole derrière lesquels les salariés ont défilé : avec écrit noir sur blanc "PSE1, PSE2, PSE3... À qui le tour ?". Car derrière les sourires, on sent aussi la lassitude. "On maintient la pression pour obtenir le moins de suppressions de postes et de meilleures conditions de départ, il faut continuer le combat" estime ainsi Christian Mougenot, le délégué CFDT. Les syndicats appellent donc à un nouveau rassemblement jeudi prochain, le 22 avril. De son côté, la direction de GE "rappelle que le processus d’information-consultation se poursuit dans le cadre d’un dialogue social responsable".

Petit baume au coeur pour les syndicats : la présence dans le cortège ce vendredi de nombreux femmes et hommes politiques venus les soutenir, notamment Florian Bouquet, le président du département du Territoire de Belfort, ou encore Damien Meslot, le maire de Belfort. Les syndicats espèrent donc que l'approche des élections va booster leur combat...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess