Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"95 centimes pour une course !" : à Rennes, ces livreurs manifestent contre Deliveroo et Uber Eats

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Une quarantaine de livreurs Deliveroo et Uber Eats ont manifesté dimanche 4 avril vers 20 heures esplanade Charles de Gaulle à Rennes (Ille-et-Vilaine). Les livraisons étaient quasi-impossibles durant la soirée. Ils dénoncent leurs conditions de travail.

Les manifestants n'ont livré aucune commande durant la soirée.
Les manifestants n'ont livré aucune commande durant la soirée. © Radio France - Maxime Glorieux

"Uber Eats et Deliveroo nous assassinent, à la fin du mois, il nous reste beaucoup moins que le SMIC !" Une quarantaine de livreurs des plateformes Deliveroo et Uber Eats ont fait grève en se rassemblant dimanche 4 avril vers 20 heures, esplanade Charles-de-Gaulle à Rennes (Ille-et-Vilaine).

Cette semaine, j'ai gagné 190 euros...

Ils dénoncent la baisse des rémunération depuis quelques semaines. "Cette semaine, j'ai gagné 190 euros, explique ce livreur. Il y a encore un mois, on pouvait avoir des bonus de 35 euros pour 11 courses. Aujourd'hui, ce bonus est descendu à 11 euros."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les livreurs présents n'ont livré aucune commande et se sont félicités d'avoir saturé le serveur. Il était difficile de se faire livrer durant la soirée. "Ce soir, c'est un mal pour un bien : on perd de l'argent en bloquant mais c'est pour améliorer notre quotidien pour demain", ajoute le livreur. 

Pour une pourboire de cinq euros, j'ai touché 80 centimes.

"On nous propose des courses à trois euros pour plus de dix kilomètres de distance, lance cet autre livreur, agacé. On a travaillé jour et nuit pendant les confinements et on a reçu aucune prime".

Les serveurs des plateformes étaient saturés en l'absence de livreurs. D'autres manifestations pourraient avoir lieu.
Les serveurs des plateformes étaient saturés en l'absence de livreurs. D'autres manifestations pourraient avoir lieu. © Radio France - Maxime Glorieux

Ces livreurs, au statut d'auto-entrepreneur en France, dénoncent également les cotisations payées, qui peuvent s'élever à 22%. "Une fois, pour cinq euros de pourboire, j'ai touché 80 centimes", détaille un manifestant. Plusieurs livreurs au travail ont été stoppés par les autres livreurs en grève. D'autres mobilisations pourraient voir le jour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess