Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

96 emplois menacés chez Isochem à Pithiviers

-
Par , France Bleu Orléans
Pithiviers, France

Le groupe de chimie annonce qu'il se déclarera en cessation de paiement à la fin du mois de juin et sollicitera l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire. Isochem emploie 96 salariés à Pithiviers.

Isochem est situé dans le pôle chimie de la zone industrielle de Pithiviers (capture google maps)
Isochem est situé dans le pôle chimie de la zone industrielle de Pithiviers (capture google maps) - Capture écran

C'est une mauvaise nouvelle pour l'emploi à Pithiviers : le groupe pharmaceutique Isochem va se déclarer en cessation de paiement à la fin du mois de juin et demander à être placé sous la protection du tribunal de commerce d'Evry (le siège est situé à Vert-le-Petit dans l'Essonne). Une procédure de redressement judiciaire devrait donc être mis en place début juillet, pour tenter de trouver un repreneur. Isochem fabrique des médicaments et des composants chimiques pour l'industrie cosmétique. Il fabrique par exemple un colorant chimique pour le groupe L'Oréal. 96 emplois sont menacés à Pithiviers, 290 sur les quatre sites du groupe en France.

La perte d'un gros client américain à l'origine des difficultés du groupe

C'est la défection d'un très gros client d'Isochem, Gilead, un laboratoire américain qui met le groupe en difficulté. Il fabrique, à Pithiviers notamment, un médicament contre l'hépatite C, qu'il pensait commercialiser en Afrique et en Asie, mais il n'a pas obtenu les autorisations. Résultat : il a annulé toutes ses commandes pour 2017 et les années suivantes. Or ce labo américain, c'était 40% du chiffre d'affaires. Et malheureusement les salariés n'espèrent pas grand chose de leur actionnaire, le fonds de pension allemand Aurélius, qu'on connait bien à Orléans car c'est lui qui a mené à la faillite le groupe de vente par correspondance Quelle à Saran en 2009.

Les syndicats espèrent trouver un repreneur

Ce que les syndicats espèrent désormais, c'est l'arrivée d'un repreneur, des discussions seraient en cours avec des industriels du secteur, l'un d'eux aurait même visité les trois sites de production, dont celui de Pithiviers la semaine dernière. Un cabinet spécialisé est chargé de mener les recherches. Mais les syndicats restent inquiets. Isochem a déjà connu plusieurs plans sociaux, notamment au moment du rachat du groupe par Aurélius. À Pithiviers 500 personnes y travaillaient il y a 15 ans, lorsque le laboratoire appartenait à une filiale de la Société Nationale des Poudres et Explosifs, avec l'Etat comme principal actionnaire.

Un comité d'établissement extraordinaire a lieu ce mercredi sur le site de Pithiviers. Le directeur des ressources humaines du groupe viendra expliquer la situation aux salariés. Les deux autres sites de production se trouvent à Gennevilliers et dans l'Essonne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu