Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Noël solidaire à Amiens pour des personnes sans domicile fixe

-
Par France Bleu Picardie

Une dizaine de personnes a participé samedi à l'opération Joyeux Noël auprès des sans-abris à Amiens. Objectif : aller à leur rencontre dans la rue et leur demander ce qu'ils souhaitent pour Noël. C'est Lilo, un moteur de recherches sur internet, qui est à l'origine de cette action solidaire.

Emma offre un nouveau manteau à Roland, à la rue depuis "trois ou quatre ans"
Emma offre un nouveau manteau à Roland, à la rue depuis "trois ou quatre ans" © Radio France

Réveillonner sans oublier que certains sont la rue. C'est un peu le credo d'une dizaine de personnes qui a décidé de participer à une action solidaire samedi 23 décembre à Amiens. L'opération Joyeux Noël a été lancée par le moteur de recherches sur internet Lilo, qui finance des projets sociaux. Trente villes ont répondu présentes un peu partout en France. 

Un cadeau pour Noël

A Amiens, Emilie et Eloïse, deux Amiénoises de 38 et 23 ans, ont pris en charge l'organisation de l'événement. Elles expliquent le but de l'opération : "On part avec des groupes de deux personnes, on va sillonner le centre-ville pour aller à la rencontre de personnes dans le besoin. On va discuter avec eux, savoir ce qu'ils souhaitent avoir comme cadeau, puis on va aller le chercher. Ça peut être des chaussures, un duvet, quelque chose qui se mange. Mais l'alcool et le tabac non".

Parmi les quatre groupes, de deux et trois personnes, qui se forment, il y a Emma et David, un couple d'Amiénois. Ils ont vu l'appel lancé par le moteur de recherches et ont décidé d'y participer. "Ça faisait un moment que je voulais me tourner vers des associations mais je n'ai pas beaucoup de temps. J'avais envie d'agir, faire quelque chose, avec ce que je pouvais", explique la jeune femme de 30 ans. 

Le couple se dirige vers la gare et aperçoit un monsieur seul, assis sur un banc, avec une grosse doudoune bleu ciel. Emma et David passent devant lui une première fois, sans oser s'arrêter. "C'est pas marqué sur le visage des gens qu'ils sont dans le besoin, donc l'aborder alors que si ça se trouve, c'est juste une personne comme tout le monde, je ne sais pas comment il peut le prendre ", confie David, 39 ans. A ses côtés, Emma renchérit : "Ça peut être très vexant d'avoir une personne qui vous aborde en partant du principe que vous êtes sans-abri, alors que ça n'est pas le cas".

Roland, 80 ans, avec son nouveau manteau noir
Roland, 80 ans, avec son nouveau manteau noir © Radio France

Un nouveau manteau pour Roland

Le couple d'Amiénois finisse par s'approcher de l'homme isolé et engage la conversation avec lui. Il s'appelle Roland, va bientôt "avoir 80 ans" et est à la rue depuis "trois ou quatre ans". "Qu'est-ce qui pourrait vous faire plaisir ?", lui demande Emma, après lui avoir expliqué le principe de l'opération Joyeux Noël. "Un paquet de cigarettes", répond immédiatement Roland. "Ça, malheureusement on n'a pas le droit, ça peut être un vêtement par exemple", tente la jeune femme. L'idée plaît au vieil homme qui veut changer sa grosse doudoune bleu ciel. "Elle est crapée (sic), je me suis ouvert l'arcade en tombant et j'ai pissé le sang dessus. J'ai dû passer la nuit aux urgences", confie celui qui dort tous les soirs dans le centre d'hébergement du square Friant à Amiens.

Emma et David appellent aussitôt Éloïse, l'une des organisatrices du Noël solidaire. Ils n'ont pas pris leur voiture et avec leur budget de 30 euros, ils ne trouveront pas de manteau à ce prix-là dans le centre-ville. Direction la Vallée des Vignes, au sud d'Amiens. Les jeunes gens trouvent un manteau et un sous-pull au rayon ski d'un magasin de sport. Ils en ont pour 36,98 euros exactement, soit un peu plus que leur enveloppe initiale. Mais peu importe, si ça peut donner le sourire à Roland.

A leur retour à la gare, il n'a pas bougé, toujours assis sur son banc. Roland raconte qu'il a travaillé pendant trente-trois ans comme cariste à Doullens. Désormais, il passe le temps, en attendant la réouverture du centre d'hébergement où il a trouvé refuge. A la vue des deux cadeaux que lui tendent Emma et David, son visage renfrogné s'éclaire : "Merci beaucoup à tout le monde, ça fait beaucoup plaisir", lance-t-il avant d'enlever sa vieille doudoune aux traces de sang séchées et d'enfiler son nouveau manteau.

"Quand mes copains vont arriver, ils vont me demander comment j'ai eu ce nouveau look", sourit Roland.

Noël solidaire à Amiens : reportage

Choix de la station

À venir dansDanssecondess