Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Andelnans, les commerçants du nouvel échangeur attendent toujours leurs panneaux

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Pour rendre la ZAC d'Andelans plus attractive, l'Union des commerçants du nouvel échangeur réclame depuis maintenant plus de deux ans l'installation d'une dizaine de panneaux de signalisation sur le réseau routier. Mais le dossier peine à avancer.

Des caddies dans un supermarché (photo d'illustration)
Des caddies dans un supermarché (photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Toujours aucun panneau pour indiquer la zone. Maintenant qu'ils en ont fini avec les travaux de construction du nouvel échangeur de Sévenans entre l'A36 et la N19 (les travaux auront duré trois ans), les commerçants de la zone de Bellerive, où se trouve le Cora d'Andelnans, aimeraient être un peu plus visibles depuis le réseau routier, notamment pour attirer les Suisses qui viennent de la 1019.

Cela fait déjà plus de deux ans qu'ils demandent au Département et au Grand Belfort la pose d'une dizaine de panneaux de signalisation pour flécher la zone commerciale... mais les panneaux n'ont jamais été installés. Et les commerçants ont l'impression d'être totalement oubliés.

On ne réclame pas une Tour Eiffel, on veut juste un totem

Philippe Moro ne décolère pas. Le président de l'Union des commerçants du nouvel échangeur aimerait par exemple un panneau sur la voie rapide qui vient de Suisse : "On a énormément de Suisses qui viennent, il nous faut minimum un panneau qui indique Bellerive (...) on ne parle même pas d'y inscrire -Zone commerciale- ce qu'on veut c'est -Zone Bellerive- et après, nous, on va communiquer dessus".

Au total, il réclame une dizaine de panneaux : depuis La Jonxion, jusqu'à la zone des Cabris vers Bermont en passant par le rond-point de Danjoutin, et les entrées de Trévenans ou encore Andelnans. "Encore une fois, on ne demande pas une Tour Eiffel ou un Arc de Triomphe avec un gros panneau lumineux, on veut simplement des totems".

Chiffre d'affaires en baisse

Objectif : redynamiser la zone. Car avec les travaux du nouvel échangeur, certains commerçants de Bellerive assurent avoir perdu 20 à 30% de leur chiffre d'affaires. "Il y a eu aussi les gilets jaunes, puis la sortie 11 de l'échangeur qui n'a pas été ouverte rapidement, forcément on a des chiffres d'affaires en baisse", ajoute Philippe Moro.

Sur cette zone commerciale, on trouve de grandes enseignes, comme l'hypermarché Cora, les magasins But ou Leroy Merlin, mais aussi de nombreux artisans. Une trentaine d'entre eux sont réunis au sein de l'association UCNE, l'Union des commerçants du nouvel échangeur, aidés dans leurs démarches par la CPME 90.

Le dossier a pris du retard

Sauf que les choses sont un peu techniques : pour poser ces panneaux il faut un cahier des charges, un maître d'ouvrage et un maître d'oeuvre, explique Jean Rosselot, le maire de Bermont et vice-président du Grand Belfort en charge de la valorisation du patrimoine et de la coopération transfrontalière. "Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise", s'agace-t-il, "moi aussi je voudrais bien que ça aille bien plus vite".

Malgré déjà plusieurs réunions avec les élus locaux, il reconnaît que le dossier a pris du retard. "On est obligés de se conformer aux marchés publics, du point de vue environnemental et tout... il faut aussi remettre de la cohérence dans les sens de circulation, il y a certaines procédures, ce qui fait que ça prend du temps".

Jean Rosselot promet de faire avancer le dossier, mais avec les municipales qui approchent, les commerçants risquent de devoir patienter encore plusieurs mois avant de voir la couleur des panneaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess