Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Bègles, Audrey et Marco ont trouvé du travail grâce au "Plan jeunes"

-
Par , France Bleu Gironde

Le gouvernement a lancé cet été le "Plan jeunes : 1 jeune/1 solution", conçu comme un tremplin vers l'emploi pour les moins de 25 ans. A Bègles, par exemple, Audrey et Marco viennent de rejoindre l'entreprise de luminaires COREP grâce aux dispositifs d'aide.

L'entreprise de luminaires COREP compte 130 salariés sur son site de Bègles
L'entreprise de luminaires COREP compte 130 salariés sur son site de Bègles © Radio France - Mathilde Loeuille

Le nombre de jeunes diplômés inscrits à Pôle Emploi, au niveau national, a augmenté de 14.7% sur un an. Avec la crise sanitaire, les entreprises hésitent à embaucher. Le gouvernement lance donc le "Plan Jeunes : 1 jeune/1 solution" pour leur donner un coup de pouce, avec une aide financière pour chaque contrat signé. L'entreprise COREP, à Bègles, a profité de ces mesures pour recruter deux jeunes. 

Après l'obtention d'un BTS commercial et un premier emploi de neuf mois, Audrey s'est retrouvée au chômage en août, dans un contexte économique difficile. "Même avec mon diplôme, c'était assez compliqué. Mais le fait d'avoir un accompagnement de Pôle Emploi m'a pas mal aidée, c'était vraiment personnalisé et j'ai trouvé la COREP assez rapidement."

Coup de bol pour Marco

Elle vient de signer, fin septembre, son contrat d'embauche au sein de l'entreprise de luminaires. Marco rejoint aussi l'équipe, mais en apprentissage. Le jeune homme de 18 ans est chanceux, la COREP était son premier choix : "Cela fait deux ans que j'y travaille l'été comme manutentionnaire. J'ai bien travaillé ici pour mériter ma place et j'ai été accepté." Si Marco a pu se contenter d'une seule candidature en apprentissage, ce n'est pas le cas de tous les jeunes de son âge. "C'est vraiment difficile. Dans ma promotion de BTS, certains n'ont toujours pas trouvé d'entreprise, ils cherchent au fur et à mesure." 

Certaines entreprises voient le recrutement et la formation des jeunes comme des coûts supplémentaires et sont réticents. "Les personnes qui passent du temps à les former produisent moins" explicite Julien Petit, le directeur général de la COREP. "Le fait qu'on puisse être aidés dans cet exercice, cela permet de compenser en partie cette baisse de productivité."

8000 euros pour un apprenti

Faciliter l'embauche des jeunes, c'est justement l'objectif du "Plan jeunes" lancé en juillet. Concrètement, la COREP reçoit une aide de 8000 euros pour l'apprentissage de Marco. Ce serait 5000 euros s'il était mineur. Pour l'embauche d'Audrey, l'entreprise est exonérée des charges pendant la première année de son contrat. 

Le "Plan jeunes" se poursuit jusqu'en février 2021. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess