Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On a bon espoir" : la collecte des Restos du cœur, pour répondre à la crise économique

Les Restos du Coeur réalisent ce week-end du 6-7 mars leur collecte de denrées alimentaires et d'hygiène. Une année particulière, à cause de la crise sanitaire et économique liée au Covid 19.

La collecte des Restos du Coeur commence en Normandie
La collecte des Restos du Coeur commence en Normandie © Radio France - Aurelien Morissard

Les cartons se remplissent, les bénévoles du Restos du Cœur présents au U Express du Grand-Quevilly mettent la main à la pâte. Une supérette de centre-ville bien fréquentée ce samedi 6 mars, au matin. Un "Bonjour", le sourire dans la voix à chaque client qui entre, quelques conseils d'achat aux plus prévenants, et la logistique pour fermer les cartons, répartir les dons. 

"Les gens sont assez sympas, ils sont compréhensifs", veut noter Anthony, bénévole depuis neuf mois dans l'association.  Beaucoup toutefois ne répondent pas aux sollicitations des bénévoles, certains décident même de les ignorer. "Question d'éducation, peut-être", lâche le jeune homme, fraîchement diplômé. "On ne les force pas, en tout cas, rappelle Sophie, qui gère la collecte du jour. Cela ne sert à rien, on accueille tout le monde, et on voit s'ils donnent ! Sinon, tant pis, il peut y avoir des raisons financières..."

Anthony ferme un carton, et détaille : "On voit beaucoup d'étudiants, des familles monoparentales, pour qui c'est difficile en ce moment, c'est un peu pour eux qu'on le fait." 

Wolton est avec eux, il liste tous les dons "Beaucoup de produits alimentaires, notamment des pâtes, des conserves... Il y a aussi des produits d'hygiène, mais moins, on n'en a pas énormément, peut-être parce que c'est un peu plus cher aussi..."

L'année dernière, au niveau national, la collecte avait permis de distribuer 136 millions de repas. Un besoin qui va encore plus se faire sentir cette année. Le nombre de bénéficiaires des Restos n'a fait qu'augmenter cette année. "Je ne veux pas trop me prononcer mais pour l'instant ça démarre bien, ça va", souffle Anthony. 

Le reportage de France Bleu avec les bénévoles des Restos

Choix de la station

À venir dansDanssecondess