Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Bordeaux, la maintenance de yachts commence enfin à prendre

-
Par , France Bleu Gironde

En quelques mois, trois yachts sont entrés dans les Bassins à flot de Bordeaux pour du refit. Cette activité de refit est porteuse, d'autant que ces chantiers se chiffrent souvent en millions d'euros et qu'ils permettent de faire travailler une trentaine d'ouvriers issus d'entreprises locales.

Illustration. Les chantiers de refit de yachts à Bordeaux peuvent dépasser plusieurs millions d'euros.
Illustration. Les chantiers de refit de yachts à Bordeaux peuvent dépasser plusieurs millions d'euros. © Maxppp - Bonnaud Guillaume/PHOTOPQR/SUD OUEST/MAXPPP

À Bordeaux, l'activité de refit de yachts commence enfin à bien marcher. En quelques mois, trois de ces bateaux de luxe sont entrés dans le Bassins à flot pour de la maintenance. L'un d'entre eux, le Yersin est sorti ce mardi et un autre attend pour prendre sa place dans les prochains jours. Cette remise à neuf peut durer plusieurs semaines comme plusieurs mois maice cela reste surtout une activité juteuse puisque pour la réparation d'un seul yacht, la facture peut dépasser plusieurs millions d'euros. Est-ce le début d'une nouvelle industrie ? France Bleu Gironde pose la question à Jean-Frédéric Laurent, le directeur général du Grand port maritime de Bordeaux.

France Bleu Gironde : Ça fait plusieurs années qu'on parle de chantiers de refit de yachts. 2020, c'est enfin la bonne ?

Jean-Frédéric Laurent : C'est enfin le démarrage d'une activité nouvelle qui a été portée depuis plusieurs années et qui a été portée par de nombreux acteurs qui y ont cru. C'est le fruit d'un long travail et d'une démarche commerciale qu'on a très largement accélérée ces derniers mois et qui nous amène ses premiers succès. On est encore tout petit dans ce secteur-là par rapport à nos grands voisins de la Méditerranée. Mais c'est l'amorce d'une filière d'activité sur laquelle on va continuer à investir.

Combien de temps prend un chantier de refit ? Du début des négociations pour faire venir de tels engins jusqu'à sa sortie du Bassin à flot ?

Il y a des négociations qui peuvent durer quelques jours comme quelques semaines. Parmi les yachts que nous avons eus, les négociations ont duré plusieurs semaines pour deux d'entre eux, le Yersin et l'Ice Angel. Mais l'opération sur le Bougainville - qui n'est pas vraiment un yacht mais un navire de croisière - s'est faite en une semaine car nous avons répondu rapidement à la demande de l'armateur.

Est-ce qu'à Bordeaux, nous avons un niveau d'exigence qui peut nous permettre de rivaliser certaines villes sur le bassin méditerranéen ou même nos voisins rochelais ?

On travaille plus en complémentarité avec les villes sur la façade Atlantique car c'est un marché qui est moins développé que le bassin méditerranéen. On a une offre globale sur l'estuaire et jusqu'à La Rochelle donc on a tout intérêt à travailler ensemble.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess