Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Bordeaux, une baisse des prix de l'immobilier en trompe-l'oeil

dimanche 15 avril 2018 à 17:24 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Pour la première fois depuis deux ans, les prix de l'immobilier ont connu une baisse au mois de mars à Bordeaux, à hauteur de 0,7%. Le signe d'une embellie sur un marché de plus en plus saturé ? Pas vraiment, selon les agents immobiliers bordelais que nous avons interrogés.

La demande reste toujours aussi forte à Bordeaux, où les biens immobiliers à vendre se font rares.
La demande reste toujours aussi forte à Bordeaux, où les biens immobiliers à vendre se font rares. © Radio France - Bastien Munch

Bordeaux, France

Rien de réjouissant. Selon certains professionnels de l'immobilier à Bordeaux, la baisse de 0,7% des prix du logement en mars, dévoilée par le site spécialisé dans l'estimation immobilière MeilleursAgents, n'annonce certainement pas une période d'accalmie dans la folie immobilière que connaît depuis quelques années la métropole girondine. Au contraire, certains évoquent même un "rebond" dans les mois à venir.

Claire Stanislas, la directrice de l'agence Côté Particulier de Bordeaux-Bastide, met en garde les acheteurs potentiels. "Ce n'est pas parce que les prix de l'immobilier ont connu une légère baisse en mars qu'en tant qu'acquéreur, on peut se dire "ça y est on va pouvoir acheter", avertit-elle. On reste toujours face à une très grosse demande avec un nombre de biens très limité." Et la jeune femme a une explication toute rationnelle à cette baisse soudaine. "L'effervescence autour de Bordeaux est simplement en train de diminuer. On était premier à tous les classements des villes où il fait bon vivre, mais maintenant les investisseurs se rendent compte que Bordeaux est devenue très chère. _Ils ont tout intérêt à aller ailleurs._"

Claire Stanislas, directrice de l'agence Côté Particulier

Ca fait 15 ans qu'on me dit que les prix de l'immobilier vont baisser à Bordeaux

Cette baisse de 0,7%, qui survient après une année 2017 record avec ses 17% de hausse des prix, ne serait en fait qu'un retour à la norme et à des prix beaucoup plus raisonnables. "_L'effet LGV est derrière nous_, affirme Fabienne Romain, directrice du cabinet Bedin cours de l'Intendance depuis 14 ans. On va revenir à ce qu'on a connu en 2014, 2015 ou 2016, sachant que 2017 a été une année exceptionnelle. La baisse observée en mars est de toute façon trop minime pour pouvoir l'interpréter face à un résultat annuel."

Une chose est sûre pour cette professionnelle de l'immobilier, la baisse des prix ne continuera pas. _"_Ca fait 15 ans qu'on m'a toujours expliqué que les prix allaient descendre, mais je ne l'ai jamais vu." Mais surtout, une telle baisse n'empêchera jamais la saturation du marché immobilier bordelais. "Aujourd'hui, Bordeaux est devenu un petit cocon, c'est à la mode de venir habiter ici, continue Fabienne Romain. Tant que la pile de dossiers d'acquéreurs sur mon bureau ne baissera pas, cette mode ne changera pas."

Fabienne Romain, directrice de l'agence Bordeaux-Intendance du cabinet Bedin

Jean-Luc Billard gère depuis un an et demi l'agence Laforêt dans le quartier Bastide, sur la rive droite. Cette baisse, il l'attribue surtout à des acheteurs beaucoup moins pressés. "On revient à une gamme de prix qu'on n'aurait jamais dû quitter. _Les vendeurs ont été très exigeants mais les acheteurs deviennent de plus en plus méfiants_. Ils ne se précipitent plus sur des logements sans réfléchir, quitte à perdre le bien en question. On va enfin revenir à quelque chose de plus juste.

Jean-Luc Billard, directeur de l'agence Laforêt Bordeaux-Bastide