Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars

A Brest, les sages-femmes manifestent pour une meilleure reconnaissance du métier

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Pour la quatrième fois depuis fin janvier, les sages-femmes se mobilisent ce lundi dans toute la France. A Brest, plus d'une centaine de praticiennes du Finistère ont manifesté place de la Liberté pour pour dénoncer le manque de reconnaissance de leur profession et les salaires jugés trop bas.

Les sages-femmes revendiquent un vrai statut médical, et un salaire plus en rapport avec leurs responsabilités et leurs compétences.
Les sages-femmes revendiquent un vrai statut médical, et un salaire plus en rapport avec leurs responsabilités et leurs compétences. © Radio France - Nicolas Olivier

Elles ont profité du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, pour se faire entendre. Plus d'une centaine de sages-femmes et d'étudiantes sages-femmes du Finistère ont manifesté lundi matin à Brest, répondant notamment à l'appel des syndicats CFDT et CGT. La profession, dont les compétences ont été élargies, dispose depuis 2014 d'un statut hybride qui ne reconnaît pas son caractère médical.

Oubliées du Ségur

Si les revendications ne datent pas d'hier, la colère est montée d'un cran l'été dernier lors du Ségur de la Santé qui a "complètement oublié" les professionnelles de la maïeutique (99% sont des femmes), explique Anne Gabriel, qui enseigne à l'École des Sages-Femmes de Brest.

ECOUTEZ Anne Gabriel, enseignante à l'École de Sages-Femmes de Brest

9,63 euros la nuit

Les sages-femmes qui travaillent à l'hôpital débutent leur carrière à 1.700 euros nets, après cinq ans d'études. "On met du temps à évoluer, on peut rester pendant des années sur ce salaire minimum avant de monter les échelons", explique Marina Le Corre, sage-femme à l'hôpital de Quimper. Qui pointe aussi le problème des nuits "plus que sous-payées : on gagne 9 euros et 63 centimes de plus pour une nuit de douze heures !" Une rémunération sans rapport avec les compétences des sages-femmes (suivi de grossesse, accouchement, suivi gynécologique de prévention, échographie...) et les responsabilités afférentes. 

Une sage-femme par femme

Les sages-femmes demandent aussi plus d'effectifs dans les maternités, dont la dotation en postes est régie par des décrets de périnatalité datant de... 1998. Un texte qui n'est "plus en adéquation avec les naissances d'aujourd'hui, avec plus de pathologies, regroupées sur de plus importantes maternités" d'après le collectif des sages-femmes du Finistère. Qui réclame une sage-femme par femme en train d'accoucher.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess