Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Caudan, la Fonderie de Bretagne est à l'arrêt

Des salariés de la Fonderie de Bretagne de Caudan (Morbihan), usine dont l'avenir est menacé, ont décidé de bloquer et d'occuper le site en attendant le comité social et économique de mercredi.

La Fonderie de Bretagne à l'arrêt
La Fonderie de Bretagne à l'arrêt © Maxppp - Thierry Creux / Ouest-France

La colère monte à la Fonderie de Bretagne de Caudan (Morbihan), entreprise employant 385 personnes, appartenant à Renault, et dont on a appris, la semaine dernière, la possible fermeture.

Depuis ce lundi matin, des salariés bloquent l'usine et envisagent de rester sur le site, de jour comme de nuit.

Le CSE repoussé

Tôt ce matin, une centaine de personnes étaient réunis devant le site, tandis qu'un comité social et économique (CSE) était prévu en sous-Préfecture de Lorient. Il a finalement été reporté à mercredi. Soit après la présentation du plan gouvernemental de soutien à la filière automobile, prévu ce mardi. "Mais ce qu'on a entendu, en parallèle, venant de Bruno Le Maire ne nous a pas rassuré du tout" explique Maël Le Goff, délégué CGT de l'entreprise, joint par France Bleu.

Sur BFM TV, le Ministre de l'économie a annoncé, ce lundi, que l'Etat ne s'opposerait pas à la fermeture d'usines.

Lorient Agglomération veut que l'Etat fasse pression sur Renault

Dans le concert de réactions sur la possible fermeture de la Fonderie de Bretagne de Caudan : celle des maires de Lorient Aglomération. Dans un communiqué, ils appellent l'Etat à contraindre Renault - le propriétaire - à prendre des engagements sur le maintien de l'emploi. L'état est actionnaire de Renault à hauteur de 15 %.

"Mon incompréhension et celles des élus de l’agglomération serait d’autant plus grande que la Fonderie de Bretagne est aujourd’hui un outil industriel totalement rénové, aux savoir-faire et aux capacités de production importants, grâce notamment à l’engagement qui a été celui des collectivités territoriales, aux côtés de l’Etat, pour moderniser cet outil et assurer son maintien ainsi que celui des emplois sur le territoire", écrivent les maires, sous la plume de Norbert Métairie, président de Lorient Agglomération.

L'union départementale CGT du Morbihan pointe, elle, le comportement de Renault : " après avoir déjà accordé à Renault des milliards d’€ d’argent public (État et collectivités locales), l’État s’apprête de nouveau à octroyer 5 milliards d’€ sous forme de prêt garanti pour poursuivre les externalisations et délocalisations vers les pays à bas coût et engraisser dirigeants et actionnaires !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess