Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Champigneulles, la compagnie vosgienne de la chaussure en cessation de paiement

mercredi 25 juillet 2018 à 16:38 Par Cédric Lieto, France Bleu Sud Lorraine

La direction de l'entreprise, plus ancien fabricant de chaussures en activité, a annoncé sa mise en cessation de paiement aux salariés au cours d'un comité d'entreprise ce mardi 24 juillet. A quelques heures des vacances pour les 130 salariés. Le syndicat CGT se dit inquiet.

Cité judiciaire de Nancy
Cité judiciaire de Nancy © Maxppp - Alexandre MARCHI

Champigneulles, France

L'incertitude pour les 130 salariés de la compagnie vosgienne de la chaussure, entreprise plus que centenaire, basée à Champigneulles, en Meurthe-et-Moselle. La société, rachetée par le groupe industriel allemand HIK en décembre 2016 est en cessation de paiement. Sa situation doit être étudiée par le tribunal de commerce de Nancy le mardi 31 juillet.

Dans un communiqué, Francisco Rodrigues, secrétaire du Comité d'entreprise, et délégué syndical CGT regrette le manque d'investissement des actionnaires. Il affirme que le CE avait exercé son droit d'alerte au mois de mars. L'expert du CE avait mis en garde face à une production très basse, des pertes importantes (500.000 euros par mois) et un manque d'actions de la direction pour améliorer la situation.

Juste avant les vacances

Une situation préoccupante pour les salariés qui doivent partir en vacances à la fin de la semaine. Une façon de faire "dégueulasse" selon Francisco Rodrigues : 

On ne peut pas se retourner. En tant qu'élus, on est obligés de venir pendant nos congés au tribunal de commerce. C'est une catastrophe par rapport au dialogue qu'on aurait pu avoir dans l'entreprise. Les gens se demandent ce qu'ils vont faire à la rentrée".

Le délégué syndical espère qu'un repreneur se fera connaître dans l'été et craint la liquidation de la société créée en 1896.