Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Changé, le Cocci Market appréhende le couvre-feu à 18 heures

-
Par , France Bleu Mayenne

À Changé en Mayenne, le gérant d'une petite supérette de quartier craint les effets du nouveau couvre-feu à 18 heures. La moitié de son chiffre d'affaire se faisait entre 18 et 21 heures : il lance un appel à ses clients sur les réseaux sociaux.

Le Cocci Market de Changé en Mayenne.
Le Cocci Market de Changé en Mayenne. © Radio France - Marion Bargiacchi

"Ne nous oubliez pas !", c'est le message qu'a voulu faire passer Paul Manceau, le gérant du Cocci Market de Changé (Mayenne) avant l'entrée en vigueur du couvre-feu à 18 heures ce samedi 16 janvier. Il a posté un message sur la page Facebook de son magasin. Une supérette ouverte depuis moins de 5 mois dans le centre-ville et qui souffre déjà d'une fermeture anticipée à 20 heures depuis plusieurs semaines. "18 heures, c'est un nouveau coup dur" confie le patron qui a dû revoir sa manière de travailler.

La moitié du chiffre d'affaire entre 18 et 21 heures

Sa seule astuce avec ces deux employés : ouvrir tous les matins une heure plus tôt, à 7 heures au lieu de huit. 

On veut essayer de dépanner nos clients qui ne pourront pas faire leurs courses après le travail. - Paul Manceau, gérant du Cocci Market

"On est tout de même conscients que les clients du matin tôt, ne sont pas du tout les mêmes que ceux du soir." D'autant plus que chez lui, on vient pour des courses de dépannage. "On imagine et on espère que les gens vont être plus nombreux à venir avant 18 heures, mais on s'est aussi rendus compte qu'il est très difficile d'anticiper les flux de clientèle, même au niveau de nos stocks et de nos commandes."

Vue la jeunesse de son établissement, le gérant ne pense pas recevoir d'aide de l'État.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess