Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : France Bleu partenaire des Restos du Cœur

A Château-Gontier, la galère des bénévoles des Restos du coeur

lundi 26 novembre 2018 à 20:29 Par Emmanuel Grabey, France Bleu Mayenne

Alors que débute ce mardi la campagne d'hiver des Restos du coeur, on s'est rendu dans le local de Château-Gontier. Stock en sous-sol, obligation d'aménager la salle de distribution à chaque fois, impossibilité de créer un espace d'intimité avec les bénéficiaires, la situation dure depuis 4 ans.

À Laval, tout est prêt pour accueillir les bénéficiaires dès ce mardi matin
À Laval, tout est prêt pour accueillir les bénéficiaires dès ce mardi matin © Radio France - Emmanuel Grabey

Château-Gontier, France

C'est parti jusqu'à mi mars, la 34e campagne d'hiver des Restos du coeur débute ce mardi matin. En Mayenne, environ 400 bénévoles vont distribuer, plusieurs fois par semaine, des colis alimentaires aux plus démunis. Chaque semaine, une personne seule peut venir chercher neuf repas, puis à partir de deux personnes par foyer, six repas par semaine. 

Dans tout le département, environ 4 000 personnes vont en bénéficier, mais ce chiffre est en augmentation : rien qu'à Laval, ce sont 450 familles (à raison de trois personnes en moyenne par famille) qui sont d'ores et déjà inscrites pour la campagne d'hiver, sachant que chaque mois apporte de nouvelles inscriptions.

La mairie veut regrouper toutes les associations d'aide alimentaire

Une tâche particulièrement difficile à Château-Gontier : la mairie, qui met gratuitement un local à disposition des Restos du coeur, veut regrouper toutes les associations d'aide alimentaire dans le même bâtiment. Mais la Banque alimentaire, le Secours populaire, l'Épicerie solidaire et les Restos du coeur n'arrivent pas à s'entendre sur le projet : les associations craignent que la mairie ne veuille interférer dans leur manière de faire, et la mairie n'arrive pas à trouver un local suffisamment grand et qui convienne à tout le monde. Une situation qui dure depuis quatre ans.

Pour l'heure, la distribution des Restos, deux fois par semaine, se fait dans un coin de la salle des fêtes, où une dizaine de tables est répartie en temps normal. "À chaque fois, il faut l'aménager différemment, pour que les gens puissent faire le tour", explique Françoise Magnet, l'une des deux responsables du centre de Château-Gontier. "_Cette salle, nous devons la rendre ensuite à midi dans l'état dans lequel nous l'avons trouvée, c'est à dire propre et re-rangée_, car l'après-midi, d'autres associations viennent pour jouer aux cartes, au Scrabble."

Impossible de créer de l'intimité avec les bénéficiaires

Il n'est donc pas question de laisser les produits dans la salle, il faut à chaque fois les sortir et les remettre dans le stock... qui se trouve en sous-sol ! "Nous devons tout mettre sur chariot, puis monter le tout avec un monte-charge", poursuit Nicole Cartier, l'autre responsable. "Ce mardi matin, environ 90 personnes vont venir, il faut donc monter 90 litres de lait, plus les conserves, les paquets de viande, tout ce qu'il faut pour que la distribution soit complète. Et quand le monte-charge tombe en panne, il faut compter sur les muscles de la dizaine de bénévoles qui vient à chaque distribution".

Entre l'aménagement de la salle et la mise en place de toutes les denrées, les bénévoles en ont pour deux heures trente à trois heures de travail. Mais outre ces problèmes logistiques, c'est le manque d'intimité qui se fait cruellement sentir. "Les Restos du cœur, ce n'est pas que de l'aide alimentaire !" explique François Magnet. "C'est aussi l'aide à la personne, pour des personnes qui sont parfois très solitaires, c'est l'occasion de venir se confier un peu. Et c'est vrai que nous sommes très restreints au niveau des locaux". 

Dès le début de cette campagne d'hiver, ce sont 350 personnes qui vont passer chaque semaine dans le local de Château-Gontier.