Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Chevigny-Saint-Sauveur, des formations pour faciliter le recrutement dans le BTP

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le centre AFPA de Chevigny-Saint-Sauveur organisait ce jeudi une matinée dédiée aux métiers du bâtiment. L'Agence pour la formation professionnelle des adultes voulait faire connaître une nouvelle offre de formation, conçue pour mieux répondre aux besoins de recrutement du secteur.

Une initiation à la découpe de carrelage
Une initiation à la découpe de carrelage © Radio France - Jacky Page

Chevigny-Saint-Sauveur, France

Le BTP recrute, mais peine à trouver des candidats aux emplois proposés. Dans son centre de Chevigny-Saint-Sauveur, l'Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes, proposait ce 5 septembre une matinée de découverte de ces métiers, intitulée « #La rentrée du Bâtiment ». Il s’agissait de faire connaître une nouvelle offre de formation financée par le Conseil régional, et faciliter le contact entre demandeurs d’emploi et employeurs.

Essayer pour savoir si on est fait pour le métier

L’offre, en place depuis le mois de février, se décline en 6 filières de formations, avec possibilité de croiser des modules, par exemple maçonnerie et carrelage, pour répondre à la demande de polyvalence des employeurs. Pour les présenter, rien de mieux qu’une bonne démonstration. Des ateliers ont proposé aux demandeurs d’emploi, ou salariés en recherche de reconversion, une initiation à quelques gestes professionnels bien concrets. Rien de tel, selon Didier Tisserand, responsable de formation bâtiment à l'AFPA, pour savoir si on a envie ou pas de faire ce métier : « plutôt que de simplement leur présenter nos formations, aujourd’hui on permet aux personnes d’essayer. Là on a un stagiaire qui est en train d’essayer de poser du carrelage, ça lui permet de concrétiser son idée et sa représentation du métier ».

Des contrats de travail à la clé...

Pour initier un visiteur à la découpe du carrelage, Cédric Blot est à la manœuvre. Àgé de 28 ans, cet ancien moniteur sportif est lui-même en pleine reconversion professionnelle depuis le mois de février : « on est obligé de faire de la maçonnerie avant de faire du carrelage. Comme ça, ça fait un tronc commun, on peut partir à la fois avec des bases de maçon, mais on arrivera aussi à la fin avec des bases de carreleur ». Pour la suite, il ne se fait pas de souci, les agences d’intérim l’appellent sans cesse, et un patron veut l’embaucher.

Ce n'est pas le carrelage qui intéresse Léa, 24 ans. Titulaire d'un bac et d'un CAP petite enfance, elle se dirige vers l'atelier de peinture : « je suis un peu en recherche de ce que je veux faire. Je vais faire un stage de peintre en bâtiment pour voir un peu ce que c’est, et si ça pourrait m’intéresser ».

...Et des salaires attractifs

Venu prêcher la bonne parole de l'emploi, Mickaël Doguet est responsable de l'agence d'intérim CRIT à Dijon. Les entreprises du bâtiment le sollicitent sans arrêt pour des postes à pourvoir, mais les candidats ne se bousculent pas : « on manque de compétences, parce que les gens qui sont formés sont déjà à l’emploi. Il faut aller recruter soit à l’échelle nationale, soit sortir des frontières pour aller chercher de bons maçons chez nos voisins ». D'où l'importance de former des professionnels en France.

Cette pénurie de main-d’œuvre a en tout cas un effet positif sur les salaires, selon Delphine Vidal, conseillère en formation à l’AFPA : « on est à plus que le SMIC en début de carrière. On est sur des métiers, peinture, maçonnerie ou installateurs de réseaux, en tension, qui peinent à recruter. Donc les employeurs sont prêts à faire des efforts financiers pour attirer les gens sur ce type de métiers ».

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu