Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Concarneau, pêcheurs et associations se mobilisent contre l'arrivée d'un chalutier géant

-
Par , , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Des associations écologistes et des marins pêcheurs appellent à célébrer symboliquement les "funérailles de la pêche artisanale" ce vendredi à Concarneau, où doit être baptisé le Scombrus. Un chalutier-congélateur de 81 mètres accusé d'accaparer les quotas de pêche et d'épuiser les ressources.

Le Scombrus doit appareiller dimanche depuis Concarneau
Le Scombrus doit appareiller dimanche depuis Concarneau © Radio France - Roméo van Mastrigt

Dans le port de Concarneau, difficile de ne pas le remarquer tant il en impose. Le Scombrus, un navire de 81 mètres de long, sera baptisé en grande pompe ce vendredi par son armateur France Pélagique en présence de 300 invités. En marge de l'événement, plusieurs organisations comme BLOOM, Life, Pleine Mer, la Plateforme de la Petite Pêche mais aussi Europe Ecologie-Les Verts appellent à se mobiliser contre ce géant, symbole à leurs yeux des dérives de la pêche industrielle

De très gros volumes 

Le chalutier-congélateur ultra-moderne serait capable de rafler "200 tonnes de poissons en une nuit" selon ses détracteurs. "On se rapproche plutôt des 100-120 tonnes de poisson par jour", a rectifié Geoffroy Dhellemmes, le directeur général de France Pélagique vendredi matin sur l'antenne de France Bleu Breizh Izel. "Nos quotas de pêche ne nous permettent pas de pêcher plus que ce que nous avons le droit de pêcher. Et la pêche pélagique que nous pratiquons c'est moins de 1% de prises accessoires (d'espèces non désirées) donc c'est extrêmement faible."

Ce modèle de pêche n'est ni cohérent, ni écologique en plus d'être socialement déplorable - Thibault Josse de l'association Pleine Mer

Les associations dénoncent "l’énorme impact sur l’écosystème" d'un navire de cette taille, qui nécessite "de concentrer énormément de quotas pour être rentable, pénalisant fortement le secteur artisanal qui se partage les miettes".

Les dents grincent

Sur le port de pêche, "si vous tendez l'oreille, vous entendez les dents grincer", raconte Thibault Josse, de l'association Pleine Mer qui milite pour la pêche artisanale. "Si les pêcheurs n'ont plus de quotas, si les espèces se raréfient parce que ce genre de bateau rafle tout, automatiquement, les petits artisans sont menacés", regrette-t-il.

ECOUTEZ - Thibault Josse de l'association Pleine Mer

À quai, tout le monde se sent menacé. Marc Chaduc navigue depuis un certain temps à bord de l'Idéfix. Il pêche du lieu, du merlan, du bar de ligne. "Je n'ai que 6 ans à faire avant la retraite. Je pensais finir ma carrière avec mon bateau mais je vois que c'est de plus en plus compliqué", soupire-t-il, "les industriels s'enrichissent avec ces bateaux-là. Ce poisson-là pourrait faire vivre toute une flottille de petits pêcheurs mais ils vont juste enrichir les capitalistes". Même chose sur le Perzel où Romain Wallet y remonte ses filets. "C'est impossible de les concurrencer. Ce qu'ils font en une nuit, nous on le fait en un an", peste-t-il.

Avec son équipage de 35 marins, le Scombrus pêchera sous pavillon français, mais ses milliers de tonnes de harengs, maquereaux, ou chinchards seront débarqués dans le port de Ljmuiden au Pays Bas, pour alimenter le marché mondial.

Romain Wallet, fileyeur sur le Perzel à Concarneau
Romain Wallet, fileyeur sur le Perzel à Concarneau © Radio France - Roméo van Mastrigt

Tensions

Les autorités redoutent des tensions vendredi à Concarneau. Des discussions se poursuivaient jeudi entre la préfecture du Finistère et les organisateurs de la manifestation, qui attendent plusieurs centaines de personnes. Certains pêcheurs ont activé leurs réseaux : des marins de Vendée, de Normandie, du Pays Basque et même de Méditerranée sont attendus. La veille, le Scombrus était arrivé escorté d'une vedette de la gendarmerie maritime. Des policiers et des agents de sécurité avaient aussi été déployés sur le quai. Le navire doit appareiller dès dimanche de Concarneau.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess