Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"On a des retraites minables" : les agriculteurs retraités de l'Indre déposent une motion

-
Par , France Bleu Berry

Les agriculteurs retraités affiliés au syndicat de la FDSEA viennent de transmettre une motion au préfet de l'Indre, ce mardi, pour demander une revalorisation de leurs retraites. Ils demandent une pension minimum de 1000 euros pour tous.

 Les anciens exploitants agricoles de la FDSEA ont déposé une motion à la préfecture de l'Indre, pour demander de meilleures retraites
Les anciens exploitants agricoles de la FDSEA ont déposé une motion à la préfecture de l'Indre, pour demander de meilleures retraites © Radio France - Manon Klein

Indre, France

Ils vivent parfois avec 500 euros par mois. Les anciens agriculteurs, aujourd'hui retraités, demandent une revalorisation du montant de leurs retraites. Dans l'Indre, une délégation a transmis une motion au préfet ce mardi 6 août. Motion qui sera ensuite remontée jusqu'au ministère de l'Agriculture. Les retraités demandent une pension minimum de 1000 euros pour tous, soit 85% du SMIC. Emmanuel Macron avait d'ailleurs promis ce montant pour tous ceux qui ont travaillé toute leur vie en avril, mais la mesure n'est pas encore entrée en vigueur, et les anciens agriculteurs craignent d'être oubliés.

Aujourd'hui, bon nombre d'agriculteurs touchent moins de 1000 euros. Ce sont les femmes, souvent, qui touchent les plus petites pensions. "J'ai commencé à travailler à 16 ans (...) Les femmes, bien que travaillant toute la journée sur les exploitations n'étaient pas reconnues comme travaillant (...) Moi j'ai 600 euros et quelques de retraite, on se prive de tout" explique Micheline Taupin, ancienne agricultrice à Chezelles.

Micheline Taupin, agricultrice à Chézelles; aujourd'hui retraitée

Une trentaine d'agriculteurs indriens se sont réunis devant les grilles de la préfecture, après avoir déposé la motion - Radio France
Une trentaine d'agriculteurs indriens se sont réunis devant les grilles de la préfecture, après avoir déposé la motion © Radio France - Manon Klein

Les couples d'anciens agriculteurs ont parfois bien du mal à survivre. Chez les près de 600 adhérents des anciens exploitants agricoles de la FDSEA dans l'Indre, ils touchent en moyenne 1514 euros à deux, selon le président du Robert Barritaud. Ce dernier dit avoir déjà sollicité le député La République en marche de l'Indre, François Jolivet, sur le sujet. Sans réponse pour le moment, affirment-t'ils. Ils espèrent être reçus à nouveau par l'élu prochainement.