Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Issoudun, le Panache Blanc fait rêver les enfants depuis plus de 50 ans

jeudi 10 mai 2018 à 3:59 - Mis à jour le mardi 3 avril 2018 à 15:51 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

La marque Le Panache Blanc a été créée à Issoudun en 1955. D'abord fabriquant de jouets, l'entreprise s'est spécialisée dans la confection de déguisements pour enfants. Ces dernières années, elle s'est tournée vers un nouveau marché : celui du tourisme.

La tunique que présente Emmanuel de Schryder est vendue dans la boutique du Puy-du-Fou (plus de deux millions de visiteurs la saison dernière)
La tunique que présente Emmanuel de Schryder est vendue dans la boutique du Puy-du-Fou (plus de deux millions de visiteurs la saison dernière) © Radio France - Sarah Tuchscherer

Issoudun, France

De l'extérieur, c'est un petit atelier banal, à quelques encablures de la gare d'Issoudun. A l'intérieur, c'est un vrai rêve d'enfant : une salle où des centaines de costumes de chevaliers et de princesses attendent sur des cintres. Le déguisement pour enfants, c'est la spécialité du Panache Blanc, une marque lancée dans les années 50, aujourd'hui dirigée par Emmanuel de Schryder. Autour de lui, deux salariés et une dizaine de couturières à domicile. Ce sont elles qui confectionnent les tenues à partir des pans de tissus qui leur sont envoyés. L'atelier sert aux finitions, au stockage et à la préparation des commandes.

Le tissu est stocké et découpé dans l'atelier, il est ensuite envoyé aux couturières chargées de la confection - Radio France
Le tissu est stocké et découpé dans l'atelier, il est ensuite envoyé aux couturières chargées de la confection © Radio France - Sarah Tuchscherer

Des points de vente dans les musées et les châteaux

Ces dernières années, l'entreprise a amorcé un virage en se tournant vers le marché du tourisme. Ses créations sont vendues dans les boutiques de nombreux musées (les Invalides à Paris, le musée de la gendarmerie à Melun) et châteaux (Vaux-le-Vicomte, le château d'Ussé en Indre-et-Loire, celui du Lude dans la Sarthe, celui de Suscinio dans le Morbihan...). Le Panache Blanc a aussi un contrat avec le site du Puy-du-Fou. « Cela fait trois ans, explique Emmanuel de Schryder. Au début ils ont commandé un modèle de robe et deux de chasubles. Aujourd’hui nous leur fournissons une dizaine de modèles différents. Nous n’habillons pas les figurants mais quand les enfants sortent du spectacle et passent par la boutique, ils y trouvent ce que les adultes portent sur scène ».

La secrétaire de l'entreprise, Laurence Châteauneuf pose derrière l'un des modèles-phares du Panache Blanc : la tenue de gendarme - Radio France
La secrétaire de l'entreprise, Laurence Châteauneuf pose derrière l'un des modèles-phares du Panache Blanc : la tenue de gendarme © Radio France - Sarah Tuchscherer

Le made in France, une plus-value

L'année 2018 représente une année charnière pour l'entreprise berrichonne, qui a décidé de cesser de livrer les grandes enseignes du jouet. Elle continue à travailler avec les petites boutiques spécialisées, en plus donc, de la vente dans le secteur du tourisme. Emmanuel Schryder justifie ce choix stratégique : « Dans le jouet, les acheteurs attachent relativement peu d’importance au fait qu’on soit fabriquant français. Dans le tourisme, une fabrication française, des produits locaux, ça compte ».