Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

À Joigny, la principale rue piétonne redynamisée grâce aux artistes

-
Par , France Bleu Auxerre

Il y a bientôt un an, en juin 2018, la ville de Joigny annonçait en grande pompe le "renouveau de la rue Cortel". La municipalité a fait venir des artistes et artisans d'art, moyennenant des loyers très modestes. Et dix mois plus tard, la fréquentation de la rue a effectivement augmenté.

Dominique Breney, peintre et créatrice de bijoux dans sa boutique, "Le diable et sa grand-mère" à Joigny
Dominique Breney, peintre et créatrice de bijoux dans sa boutique, "Le diable et sa grand-mère" à Joigny © Radio France - Renaud Candelier

En un an, une dizaine de boutiques ont vu le jour dont une librairie. Au total une trentaine d'artistes sont représentés dont Marie-Paz Obispo, photographe. Elle participe au collectif de l'App'Art (29 rue Cortel) : "Il y a beaucoup de personnes qui ne venaient pas depuis des années et qui reviennent. Des Joviniens donc. Et il y a énormément de Sens, d'Auxerre, au-delà des petits villages qui sont autour de Joigny. Il se passe clairement quelque chose."

Rue Cortel à Joigny les artistes ont manifestement investi la rue - Radio France
Rue Cortel à Joigny les artistes ont manifestement investi la rue © Radio France - Renaud Candelier

La boutique de son collectif, l'App'Art est prêtée par la ville. On y trouve des bijoux, des photos, des créations en tissu ou en bois. En échange les artistes s'engagent à assurer des horaires d'ouvertures. Et la municipalité s'est aussi tournée vers les bailleurs privés, explique le maire Bernard Moraine : "on a été négocier avec eux de façon à ce que les loyers soient les plus bas possibles. Autour de deux cents euros de moyenne à peu près."

Marie-Paz Obispo, photographe et membre du collectif l'App'Art rue Cortel à Joigny - Radio France
Marie-Paz Obispo, photographe et membre du collectif l'App'Art rue Cortel à Joigny © Radio France - Renaud Candelier

Résultats, certains artistes parviennent à vivre de leur art comme la peintre Dominique Breney. Elle tient la boutique Le diable et sa grand-mère : "c'est vraiment mon travail, je ne vit que de cela. Je suis dans mes objectifs et c'est même encore mieux que ce que j'avais espéré."

Des artistes qui attirent des commerçants comme Christophe Marie, le libraire (Au saut du livre), installé depuis octobre : "c'est certains que s'il n'y avait pas eu les magasins d'art et d'artisans qui étaient déjà là, je ne me serai pas installé dans cette rue." Une rue moribonde il y a encore peu car un trafic de cannabis y sévissait depuis quatre ans. Le réseau a été démantelé au mois de décembre. Quatre jeunes majeurs mis en cause dans ce trafic doivent être jugés ce jeudi par le tribunal correctionnel de Sens.