Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La grève des salariés de Transfix... inquiets pour l'avenir de leur usine à La Garde

-
Par , France Bleu Provence
La Garde, France

À La Garde, les salariés de l'usine Transfix sont en grève depuis ce lundi midi, inquiets pour l'avenir de leur usine spécialisée dans les transformateurs électriques. Depuis juin 2017, ils travaillent pourtant "39 heures payées 37", une mesure qui devait permettre de sauver les emplois.

Les salariés bloquent l'accès à l'usine Transfix depuis ce lundi midi.
Les salariés bloquent l'accès à l'usine Transfix depuis ce lundi midi. © Radio France - Sophie Glotin

Inquiétude des 330 salariés de l'usine Transfix-Cahors à La Garde (Var). Ils sont en grève depuis ce lundi midi et au moins jusqu'à mercredi à l'appel de l'intersyndicale CFE-CGC, CGT, FO et CFDT pour la sauvegarde de l'emploi sur le site varois. Cette entreprise, spécialisée dans la fabrication des transformateurs électriques basse et moyenne tension, a été rachetée en octobre dernier, comme toutes les filiales du groupe Cahors, par un homme d'affaires. S'il s'était engagé à sauvegarder les emplois, une vingtaine de licenciements a déjà eu lieu dans le groupe Cahors, dont neuf sur le site de La Garde. 

"On ne veut plus travailler gratuitement"

Depuis juin 2017, et la signature d'un "Accord d'entreprise de préservation et de développement de l'emploi" entre l'ancienne direction et les syndicats, les salariés travaillent 2 heures "gratuitement" chaque semaine. Ils font 39 heures, mais ne sont payés que 37. Une mesure qui devait permettre de redresser l'entreprise et sauver les emplois.

Aujourd'hui découragés et inquiets, les salariés réclament l'annulation de cet accord et le paiement de toutes les heures travaillées. "Nous avons l'impression de s'être faits avoir... et on ne veut plus travailler gratuitement" explique un des salariés. Les négociations avec la nouvelle direction sont engagées. Direction qui n'a pas souhaité s'exprimer devant les médias. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu