Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

A La Roche-sur-Yon, les aides à domicile demandent une meilleure reconnaissance

-
Par , France Bleu Loire Océan
La Roche-sur-Yon, France

Une soixantaine de personnes ont manifesté ce vendredi devant le Conseil départemental, à La Roche-sur-Yon, en Vendée. Les personnels des associations d’aide à la personne revendiquent une « prime Covid-19 », mais aussi une amélioration de leurs conditions de travail.

Une des manifestantes
Une des manifestantes © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Auxiliaires de vie, aides à domicile, agents d'entretien... Elles étaient une soixantaine à manifester, ce jeudi midi, à La Roche-sur-Yon, devant le Conseil départemental de la Vendée. « Elles", parce qu'il s'agit essentiellement de femmes, mobilisées afin d’obtenir une prime pour avoir continué à travailler pendant la crise sanitaire et le confinement. "On la mérite, quand même", dit Elisabeth Boutet, auxiliaire de vie depuis une trentaine d’années. "On est au plus près des personnes fragilisées à domicile. On n’avait pas de protection. Ca a été très compliqué à vivre".

Une soixantaine de personnes mobilisées
Une soixantaine de personnes mobilisées © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Le Conseil départemental finance les 140 structures qui emploient ces plus de 1.000 salariés. Il a voté ce vendredi près d'un millions d'euros pour que ces employeurs puissent accorder des primes. Mais, au-delà, les manifestantes veulent que la difficulté de leur métier soit mieux reconnue. "Il faut revoir l’organisation de nos métiers", dit  Béatrice Ruault, de la CGT : "nous voulons que l’évolution de nos métiers soient prise en compte, et une remise à plat de notre _convention collective_. Nous avons des amplitudes horaires impossibles : on fait les levers du matin, les couchers du soir, et du ménage l’après-midi. Il faut du travail en équipe, comme dans la santé".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess