Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

A La Rochelle, des moyens supplémentaires pour animer des quartiers populaires en crise

-
Par , France Bleu La Rochelle
La Rochelle, France

La crise du Covid et ses conséquences touchent durement les quartiers populaires. Déscolarisation, manque de jobs d'été, voyages impossibles : on risque de s'ennuyer ferme cet été au pied des HLM. Mais l'Etat a débloqué une enveloppe supplémentaire pour animer les quartiers. Notamment à La Rochelle.

Comme tous les mardis après-midi à Mireuil, c'est tournoi de foot. Animations d'autant plus importantes que cet été, beaucoup d'enfants resteront au quartier, en raison du coronavirus.
Comme tous les mardis après-midi à Mireuil, c'est tournoi de foot. Animations d'autant plus importantes que cet été, beaucoup d'enfants resteront au quartier, en raison du coronavirus. © Radio France - Julien Fleury

L'été s'annonce long dans les quartiers populaires de nos deux Charentes !  La crise sanitaire doublée d'une crise économique touchent durement les plus fragiles d'entre nous. Déscolarisation, absence de jobs d'été, frontières internationales fermées empêchant à des familles de retrouver leurs proches en Afrique du nord.  Dans ces quartiers HLM, l'ennui guette les jeunes, et avec lui la tentation de faire des bêtises.

Pour maintenir le cap et préparer la rentrée, l'Etat a décidé de renforcer son soutien aux actions d'été dans les quartiers prioritaires. C'est le plan "Quartiers d'été 2020", qui se traduit par une enveloppe supplémentaire de 58.000 euros en Charente-Maritime, pour les quartiers prioritaires de La Rochelle, Rochefort et Saintes.  Au menu : départs en colo "apprenantes", passage du permis de conduire, sorties familiales, et animations au pied des immeubles, comme ce mardi après-midi dans le quartier rochelais de Mireuil.

Tournoi de foot tous les mardis à Mireuil

Les animations de l'été dans les quartiers de La Rochelle relient de nombreux organisateurs, comme le collectif Ultimatum fondé par Tarik Azouagh, récemment élu maire adjoint au quartier de Mireuil.
Les animations de l'été dans les quartiers de La Rochelle relient de nombreux organisateurs, comme le collectif Ultimatum fondé par Tarik Azouagh, récemment élu maire adjoint au quartier de Mireuil. © Radio France - Julien Fleury

"Liverpool - Côte-d'Ivoire, en place !" C'est une affiche comme vous n'en verrez pas à la télé. Des enfants d'une dizaine d'années entrent sur le terrain de foot synthétique du parc Kennedy à Mireuil, pour un match de 7 minutes. Tournoi populaire : "c'est bien, on peut s'amuser" s'enthousiasment Calvin et ses copains, malgré la défaite : "je ne joue pas gardien d'habitude, je suis nul."

Une animation football reconduite chaque mardi après-midi de l'été à Mireuil. Et d'autant plus vitale que beaucoup d'enfants du quartier ne retourneront cet été dans leurs familles en Afrique du nord, pour cause de Covid. "On s'attend à avoir beaucoup de jeunes", prévient l'organisateur en chef, Mustapha Hamrani, chef du service d'éducateurs de rue dans les quartiers à l'ADEI. "Il y a beaucoup de familles qui ne partent pas, par rapport aux frontières fermées, et au fait que beaucoup sont dans la crainte. Ça flippe beaucoup !"

"Un quartier à la cool"

Beaucoup de garçons sur la pelouse synthétique du parc Kennedy à Mireuil. Mais les filles participent aussi au Tournoi de foot organisé chaque mardi. Fatiah et Anissa distribuent les boissons.
Beaucoup de garçons sur la pelouse synthétique du parc Kennedy à Mireuil. Mais les filles participent aussi au Tournoi de foot organisé chaque mardi. Fatiah et Anissa distribuent les boissons. © Radio France - Julien Fleury

Sur la pelouse on voit surtout des garçons, mais les filles sont là, assure Malik Zidane, coorganisateur pour la ville: "si on regarde autour du terrain, il y a beaucoup de filles. Le fait que les filles soient là, pour nous c'est important." Voilà justement Fatiah et Anissa, chargée de tenir la buvette : "on vend plein de boissons. Et en plus, c'est gratuit !" Les deux sœurs sont bien contentes de s'échapper quelques heures de Villeneuve-les-Salines, autre quartier populaire rochelais : "là vous voyez, tout le monde est réuni, il n'y a pas d'embrouilles, c'est bien. C'est un quartier à la cool, c'est pas 90 minutes enquête."

Nouveauté de cet été, un atelier graff (peinture à la bombe). "Les gars, venez, on fait un dessin, lance un minot. Trop stylé !" Une grande bâche en film plastique tendue entre deux arbres, et c'est parti: "les gamins peuvent s'exprimer librement, donc c'est un premier contact intéressant avec le spray, décrit Neal l'Apache, street-artiste rochelais. Ensuite on a comme projet de peindre ce camion, là, une fois qu'ils auront un peu de bouteille."

Nouveauté cet été à Mireuil, un atelier graff. D'ici la fin juillet, les enfants du quartier repeindront un camion de l'ADEI. Action menée grâce aux moyens supplémentaires débloqués par l'Etat.
Nouveauté cet été à Mireuil, un atelier graff. D'ici la fin juillet, les enfants du quartier repeindront un camion de l'ADEI. Action menée grâce aux moyens supplémentaires débloqués par l'Etat. © Radio France - Julien Fleury

"Sortir les jeunes du bitume"

Ces animations estivales bénéficient de moyens supplémentaires de l'Etat. C'est que la crise du Covid frappe durement les quartiers, rappelle Mustapha Hamrani, chef éducateur à l'ADEI. A la recherche notamment de jobs d'été pour les jeunes : "on a beaucoup de gamins qui n'arrivent pas à trouver de boulots. On n'a rien ! L'objectif c'est vraiment de les accrocher à quelque chose, pour les sortir du bitume."

Autre mission de l'été pour les éducateurs, aider ces jeunes à préparer la rentrée, alors que beaucoup sont déscolarisés. Et tentés de déraper. "On a des gamins sans situation, poursuit Mustapha Hamrani, ils ne sont pas aptes à reprendre une scolarité normalement à la rentrée. Parce qu'on a des gamins à la dérive, et c'est ce qui nous inquiète le plus en tant que travailleurs sociaux." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess