Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A La Rochelle, la colère des automobilistes suscite des convoitises

mardi 6 novembre 2018 à 9:03 Par Marie-Laurence Dalle, France Bleu La Rochelle

A La Rochelle, plusieurs groupes Facebook appellent à manifester le 17 novembre prochain. Mais qui se cache derrière? L'un apolitique, et l'autre où apparaît le parti Les Républicains

De nombreux mouvements sont annoncés dans les deux Charentes.
De nombreux mouvements sont annoncés dans les deux Charentes. © Radio France - Jean-François Fernandez

La Rochelle, France

Qui se cache derrière l'appel à manifester le 17 novembre place de la préfecture à La Rochelle contre la hausse du prix des carburants ?  Officiellement "il n'y a pas vraiment d'organisateur" selon David Labiche, le secrétaire départemental adjoint du parti Les Républicains en Charente maritime. "On essaye juste de suivre le mouvement, et voir comment les Français se l'approprient" dit-il.
David Labiche et d'autres adhérents du parti Les Républicains s'affichaient dans le premier groupe Facebook appelant à manifester place de la préfecture à La Rochelle. Mais leur présence a créé des tensions, selon "Sophie" (pseudonyme), qui tient à rester anonyme.

Nous sommes capables de montrer notre colère, sans être encadré par un parti politique - Sophie

Cette Rochelaise, assistante à domicile âgée de 37 ans, a décidé de créer un autre groupe Facebook accessible uniquement sur invitation.
"Etant aide à domicile et dépensant 1/3 de mon budget dans le carburant, je me sens super concernée par ce mouvement" dit-elle. "On a bien précisé au niveau national qu'il s'agit d'un mouvement citoyen et apolitique. Nous tenons à suivre cette règle" insiste Sophie.  Elle organise actuellement son rassemblement pour le 17 novembre, contre la hausse du prix des carburants, dans une grande zone commerciale rochelaise. "Un endroit où il y a beaucoup de monde" précise-t-elle.  "A la Préfecture, il y aura des élus, des partis politiques" et ce n'est pas le but de ce mouvement "nous sommes capables de montrer notre colère, sans être encadré par un parti politique. Il y aura sans doute deux rassemblements, mais plus on sera nombreux, mieux ce sera". Son groupe Facebook affiche aujourd'hui 2 700 adhérents, il appelle à manifester à 8h, à Beaulieu sur la commune de Puilboreau. 

L'objectif? Se faire entendre... pas bloquer

D'un côté comme de l'autre, la volonté n'est pas de bloquer, ou de perturber la circulation mais d'exprimer un ras le bol, même si "Sophie" le concède "si l'on est nombreux, il y aura peut-être des ralentissements". Pas question de "bloquer les automobilistes" non plus pour David Labiche, le secrétaire départemental adjoint du parti Les Républicains, qui n’apparaît pas officiellement dans l'organisation de l'autre rassemblement, place de la préfecture à La Rochelle le 17 novembre à 14h. "Nous avons suggéré l'idée de manifester devant la préfecture, de rencontrer le préfet, de faire remonter ce que nous pensons au gouvernement" dit-il. Mais il reste très vague, et refuse de préciser à qui il a fait ces suggestions. 

Des deux côtés, on ignore combien de personnes répondront à l'appel lancé. Mais ce qui est sûr, c'est que la colère, le mouvement auquel 78% des français disent adhérer (sondage odoxa-dentsu consulting pour France info et le Figaro publié le 1er novembre) suscite beaucoup de convoitises.

Des manifestations sont prévues également dans d'autres villes de Charente-Maritime et de Charente.