Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A La Rochelle, le barrage des dépôts de carburants évacué

-
Par , France Bleu La Rochelle

Vendredi en début d'après-midi, les derniers Gilets jaunes présents sur le barrage installé à l'entrée des dépôts de carburants de La Pallice ont été évacués. L'action surprise a compliqué le chargement des camions citerne toute la matinée.

Le barrage avait été installé vers 5h30 sur la rue menant aux dépôts pétroliers.
Le barrage avait été installé vers 5h30 sur la rue menant aux dépôts pétroliers. © Radio France - Julien Fleury

La Rochelle, France

Panache de fumée noire vendredi en début d'après-midi dans le ciel de La Rochelle. C'est le barrage installé tôt dans la matinée par les Gilets jaunes qui brûle : des vieilles caravanes placées en travers de la route d'accès aux dépôts pétroliers de La Pallice. Des manifestants y ont mis le feu avant de quitter les lieux, alors que les policiers étaient sur le point d'intervenir pour évacuer le barrage.

L'action, impliquant une soixantaine de manifestants venus de toute la Charente-Maritime et même de Niort et Cognac, avait débuté vers 5h30. Le barrage a obligé de nombreux camions citerne, venus s'approvisionner à La Pallice, à faire demi-tour. Mais pour accéder au dépôt, il suffisait de faire le tour par l'autre côté, en passant par une petite zone de chantier. De quoi provoquer jusqu'à deux heures de retard dans l'approvisionnement.

Les Gilets jaunes espéraient tenir le weekend. Mais ils n'ont pas reçu les renforts escomptés, alors que de nombreux manifestants avaient quitté les lieux pour aller travailler.