Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Sur les chantiers rochelais du bâtiment, la reprise est "massive"

-
Par , France Bleu La Rochelle

Le paysage de La Rochelle est actuellement hérissé de grues. A l'arrêt au début du confinement. Depuis quelques jours, de nombreux chantiers reprennent. C'est une demande du gouvernement, difficile à appliquer. Les mesures barrière contre le Covid-19 rallongent les délais et risquent de coûter cher.

"Il y a moins d'ambiance" regrette Jean-Hugues, de retour au travail depuis quelques jours. Contraint à une sécurité drastique, comme porter un masque à proximité immédiate d'un collègue.
"Il y a moins d'ambiance" regrette Jean-Hugues, de retour au travail depuis quelques jours. Contraint à une sécurité drastique, comme porter un masque à proximité immédiate d'un collègue. © Radio France - Julien Fleury

C'est un secteur que le confinement avait mis complètement à l'arrêt : les chantiers du bâtiment repartent dans notre région. Une reprise "massive", assure même la fédération du bâtiment en Charente-Maritime.

C'est une demande du gouvernement, difficile à mettre en oeuvre, en raison de la sécurité sanitaire, la mise en place de nombreuses mesures contre les gestes barrières. Le secteur manque encore de masques et autres équipements de sécurité. Et les ouvriers doivent être moins nombreux sur les chantiers.

Moins d'entreprises présentes en même temps, gestes barrières, équipements de protection. C'est au prix de lourds aménagements que l'activité peut reprendre sur les chantiers rochelais du BTP.
Moins d'entreprises présentes en même temps, gestes barrières, équipements de protection. C'est au prix de lourds aménagements que l'activité peut reprendre sur les chantiers rochelais du BTP. © Radio France - Julien Fleury
Un engin de chantier recule dans une petite rue de Saint-Eloi à La Rochelle. Dans ce quartier en pleine transformation, les nombreux chantiers ont repris depuis quelques jours.
Un engin de chantier recule dans une petite rue de Saint-Eloi à La Rochelle. Dans ce quartier en pleine transformation, les nombreux chantiers ont repris depuis quelques jours. © Radio France - Julien Fleury
Le ciel rochelais est hérissé de grues, à l'arrêt durant près d'un mois. Mais depuis quelques jours, une bonne partie des chantiers ont retrouvé de la vie. Ils tournent au ralenti, pour respecter les gestes barrières.
Le ciel rochelais est hérissé de grues, à l'arrêt durant près d'un mois. Mais depuis quelques jours, une bonne partie des chantiers ont retrouvé de la vie. Ils tournent au ralenti, pour respecter les gestes barrières. © Radio France - Julien Fleury
La reprise des chantiers doit s'accompagner de règles de sécurité draconiennes, sachant que le secteur du bâtiment manque encore de matériels de protection, comme les masques.
La reprise des chantiers doit s'accompagner de règles de sécurité draconiennes, sachant que le secteur du bâtiment manque encore de matériels de protection, comme les masques. © Radio France - Julien Fleury

Protocoles éprouvants

Mercredi matin, sur un chantier rochelais. Masque en tissu sur le nez, Alexandre fait une pause lavage de mains, grâce au lavabo récemment installé à l'entrée du chantier : "toutes les deux heures, comme prévu sur le protocole" assure ce plombier affairé à installer des canalisations dans le sous-sol. En se pliant tant bien que mal aux nouvelles règles. "Ce n'est pas évident, surtout à cette période où il commence à faire chaud, porter le masque nous fatigue un peu."

Déjà deux semaines que ce plombier a repris le travail. Pour Justine, apprentie peintre occupée au premier étage, ça ne fait que trois jours, "et c'est très dur ! Physiquement, après un mois et demie d'arrêt, on douille. On a mal partout, on a du mal à se réveiller. C'est problématique." 

Après plus d'un mois d'inactivité, la reprise est douloureuse physiquement. Justine, apprentie p.eintre de 23 ans, a mal partout, et doit aussi se faire au fait de travailler toute seule
Après plus d'un mois d'inactivité, la reprise est douloureuse physiquement. Justine, apprentie p.eintre de 23 ans, a mal partout, et doit aussi se faire au fait de travailler toute seule © Radio France - Julien Fleury

De la musique pour faire passer l'isolement

Justine elle aussi porte un masque "qui fait très mal derrière les oreilles, mais c'est pour le bien de tous". Et travaille désormais toute seule, sans collègue dans la même pièce : "tous, on a ressorti nos enceintes, on met de la musique pour essayer de faire passer le temps plus vite."

Kevin Da Silva est conducteur de travaux pour une entreprise de peinture rochelaise. Il y aura du retard dans les chantiers, concède Kevin, alors que l'entreprise ne dispose que 60% de son personnel.
Kevin Da Silva est conducteur de travaux pour une entreprise de peinture rochelaise. Il y aura du retard dans les chantiers, concède Kevin, alors que l'entreprise ne dispose que 60% de son personnel. © Radio France - Julien Fleury

Une douzaine d'ouvriers seulement sont à l'ouvrage, contre une trentaine normalement. A ce rythme-là, forcément, impossible de tenir les délais, reconnaît le responsable de la peinture, Kevin Da Silva : 

En sachant qu'on travaille avec un effectif restreint, dans des conditions particulières, on ne pas avoir la même cadence. On s'adapte..." - Kevin Da Silva.

Rue de Passy dans le quartier de Laleu à La Rochelle. De part et d'autre, des bâtiments en cours de construction à l'initiative du promoteur Réalités. L'activité a repris après un mois d'arrêt..
Rue de Passy dans le quartier de Laleu à La Rochelle. De part et d'autre, des bâtiments en cours de construction à l'initiative du promoteur Réalités. L'activité a repris après un mois d'arrêt.. © Radio France - Julien Fleury

Plusieurs mois de retard

Nous assistons aux finitions sur un bâtiment érigé par le promoteur Réalités. 38 logements livrables initialement cet été, mais le chantier a été arrêté presque un mois. Il reprend avec des aménagements.

Nicolas Violain, responsable de l'agence rochelaise, Nicolas Violain, nous fait visiter les lieux : "nous sommes dans le sous-sol, où se trouve le réfectoire. On a mis des espacements réglementaires entre les chaises, pour que les compagnons puissent se restaurer le midi, tout en respectant les distances."

Visite du Forum, 38 logements sur le point d'être livrés. Nicolas Violin du promoteur Réalités refuse pour l'instant de chiffrer le surcoût lié aux nouvelles contraintes de sécurité sanitaires.
Visite du Forum, 38 logements sur le point d'être livrés. Nicolas Violin du promoteur Réalités refuse pour l'instant de chiffrer le surcoût lié aux nouvelles contraintes de sécurité sanitaires. © Radio France - Julien Fleury

"C'est chiant !"

Comme pour le reste, cela nécessite de limiter la présence humaine. "C'est chiant", lâche spontanément Jean-Hughes, qui travaille aux aménagements extérieurs avec deux collègues. Et il a du mal à prendre le pli : "Avec tous ces gestes barrières, ont perd un peu l'ambiance. Chacun travaille de son côté, en ne pensant qu'à la sécurité. D'habitude on mangeait ensemble. Et là, c'est fini, pas le choix."

La crise sanitaire amène aussi plus de solidarité, tempère son collègue Christian : "même nous, entre collègues. Tu n'as pas de gants ? Je t'en donne ! Ça, on ne l'avait peut-être pas avant."

"C'est chiant !" Jean-Hugues a du mal avec les nouvelles contraintes sur les chantiers, comme le port du masque. La période amène aussi "plus de solidarité" tempère son collègue Christian.
"C'est chiant !" Jean-Hugues a du mal avec les nouvelles contraintes sur les chantiers, comme le port du masque. La période amène aussi "plus de solidarité" tempère son collègue Christian. © Radio France - Julien Fleury

Quel surcoût ?

Des équipements de sécurité financés à parts égales entre promoteur et entreprises. Nicolas Violain se refuse pour l'instant à chiffrer le surcoût global. Qui espère faire remonter progressivement la cadence : "aujourd'hui, on ne peut pas être à 100%".

L'occupation du moment : retrouver des équipements de protection, que les artisans ont massivement offerts aux personnels soignants en début de confinement. La fédération du bâtiment de Charente-Maritime espère une grosse livraison début mai.

Des salariés travaillent sur les abords d'un bâtiment sur le point d'être livré à La Rochelle. Un responsable de la société est passé, pour s'assurer que les gestes barrières sont bien respectés.
Des salariés travaillent sur les abords d'un bâtiment sur le point d'être livré à La Rochelle. Un responsable de la société est passé, pour s'assurer que les gestes barrières sont bien respectés. © Radio France - Julien Fleury

Services d'urbanisme fermés

Autre priorité du promoteur Réalités : limiter d'autres retards, pris sur l'instruction des permis de construire. "Dans les mairies, les services ne peuvent pas télé-travailler", regrette Nicolas Violain, qui fait plancher architectes et bureaux d'études, sans savoir si leurs projets sont validés. Une réouverture rapide est vivement souhaitée, parce qu'"on doit vraiment recommencer à travailler en amont des opérations."

Le secteur du bâtiment est bien sûr très inquiet de l'avenir. Sa chance en Charente-Maritime : rester sur deux belles années, qui ont regonflé les trésoreries des entreprises.

Ce bâtiment du quartier rochelais de Laleu devait initialement être livré cet été. Mais le chantier a été arrêté un mois, et reprend au ralenti. Il y aura donc plusieurs mois de retard.
Ce bâtiment du quartier rochelais de Laleu devait initialement être livré cet été. Mais le chantier a été arrêté un mois, et reprend au ralenti. Il y aura donc plusieurs mois de retard. © Radio France - Julien Fleury
Choix de la station

À venir dansDanssecondess