Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

A Laissey, un restaurant ouvre pour les ouvriers et artisans

-
Par , France Bleu Besançon

A Laissey (Doubs), un restaurateur a décidé d'ouvrir pour les ouvriers et les artisans. "Ce n'est pas normal qu'ils mangent dans leurs camions des sandwichs", affirme Norbert, le patron de "Laissey vous tenter", même s'il risque de perdre une partie de ses aides.

Norbert, le patron du restaurant "Laissey vous tenter" (debout au centre), entouré de son équipe et de deux artisans, ses clients du jour.
Norbert, le patron du restaurant "Laissey vous tenter" (debout au centre), entouré de son équipe et de deux artisans, ses clients du jour. © Radio France - Rachel Saadoddine

Le restaurant de Norbert est le premier du Doubs a ouvrir pour les ouvriers et les artisans. Dans le département, cinq restaurants ouvrent déjà leurs portes à des chauffeurs routiers. Mais, en accueillant des ouvriers, "Laissey vous tenter" risque de perdre une partie de ses aides. Qu'à cela ne tienne pour Norbert qui ne supportait plus que ses clients "mangent des sandwichs dans leurs camions"

Mon père était charpentier, c'est pour lui que j'ouvre aujourd'hui"

"Mon père était charpentier, c'est pour lui et tous mes habitués que j'ouvre aujourd'hui", affirme Norbert, patron depuis quatre ans du restaurant "Laissey vous tenter". Jeudi 18 février, son restaurant a ouvert pour deux clients, Pascal, métallier serrurier et Paul, spécialiste de l'aménagement d'intérieur. 

Manger un sandwich dans le camion quand il fait moins cinq, ce n'est pas terrible"

"Je viens de Baume-les-Dames et je travaille beaucoup sur Laissey, sans les restaurants je dois faire la route pour rentrer chez moi le midi, cuisiner...je perds beaucoup de temps et d'essence", affirme Pascal. Même constat pour Paul : "manger un sandwich dans le camion quand il fait moins cinq ce n'est pas terrible", estime l'artisan de 57 ans. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Chez Norbert, ils sont venus déguster un suprême de volaille au curry servi avec ses haricots verts et "ça fait du bien de manger chaud", pour Pascal qui se réjouit aussi de passer un moment de convivialité avec un collègue et son restaurateur favori. 

Mais cette ouverture a un coût pour Norbert. "Déjà ça fait beaucoup de papiers, tous les jours je dois faire remplir un document aux personnes qui viennent déjeuner et le soir je dois envoyer le tout à la préfecture", et pour chaque client servi, Norbert perd une partie des aides de l'Etat. 

Norbert va perdre une partie de ses aides et risque d'ouvrir à perte

Jusqu'ici, il avait le droit à 10 000 euros et aux profits qu'il pouvait faire avec la vente à emporter et des livraisons qu'il réalise, avec autorisation, après le couvre-feu. Mais avec sa réouverture, Norbert va devoir déduire les profits de ses repas en salle du montant de ses aides, mais aussi tout ce qu'il gagne avec les ventes à l'emporter. 

Le restaurateur a donc écrit à l'UMIH du Doubs : "je ne comprends pas pourquoi je dois aussi déduire ce que je gagne avec la vente à emporter alors que tout le monde en fait, j'espère que ça va évoluer". L'établissement de Norbert est, pour le moment, le seul du département à ouvrir pour les ouvriers et artisans. S'il sert d'autres personnes, il s'expose à une amende de 15 000 euros. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess