Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Larians-et-Munans en Haute-Saône, les impôts locaux s'envolent

dimanche 19 novembre 2017 à 22:47 Par Laurine Benjebria, France Bleu Besançon

Depuis quelques années maintenant, les impôts locaux grimpent en flèche à Larians-et-Munans en Haute-Saône. La municipalité doit augmenter les impôts pour pouvoir éponger sa dette. Près de 3.000 euros d'endettement par habitant.

A l'origine de la dette de Larians-et-Munans, la gestion du restaurant
A l'origine de la dette de Larians-et-Munans, la gestion du restaurant © Radio France - Laurine Benjebria

Larians-et-Munans, France

Larians-et-Munans. 240 habitants. Près de 3.000 euros d'endettement par habitant. Dans ce petit village haut-saônois, lorsque les impôts locaux tombent, les visages deviennent plus graves. Il faut dire que 6 ans, la taxe foncière a augmenté de 62,18%.

Des habitants aux impôts locaux importants

Les habitants ne cachent donc plus leur peine et mécontentement. Parmi eux, le plus touché par cette hausse : le sculpteur allemand Robert Schad. "Je paye 14.000 euros par an", avoue-t-il, peiné. Travaillant à la commande, il ne voit pas la fin du tunnel. Il n'est pas question pour lui de partir à la retraite, car il n'en a pas les moyeux : "Impossible ! J'ai une retraite de 600 euros (...) Je paye plus d'impôt que je ne vais recevoir pour la retraite". Vendre son atelier et sa maison dont il est propriétaire depuis plus d'une vingtaine d'années n'est pas non plus une solution selon Robert car "avec ces conditions c'est invendables".

Robert est loin d'être le seul à subir la hausse des impôts locaux. Jacqueline Monniaux habite Larians avec son mari depuis 26 ans. Le couple vit dans une maison de 4 chambres et touche une retraite de moins de 3.000 euros par mois. C'est quasiment l'équivalent des impôts locaux qu'ils doivent débourser cette année : environ 3.700 euros en taxe foncière. "C'est en 2015 que ça a augmenté une première fois, c'était 200 euros. La deuxième année, c'était 700 euros de plus. Encore 300 euros de plus cette année, c'est insupportable", admet Jacqueline.

Une dette municipale de 751.510 euros

Elu maire en 2014, Hervé Pretot succède à Gérard Pretot, qui n'est autre que son cousin. Au moment de prendre les rênes de la municipalité, Hervé Pretot demande à voir les comptes réels de la commune : "c'est là qu'on s'est rendu compte que l'endettement était de pas loin de 5.000 euros par habitant, au lieu de 500 euros pour les mêmes communes". 3 ans plus tard, l'endettement est passé à 3.157 euros par habitant, grâce à l'augmentation des impôts.

En découvrant cette dette colossale, Hervé Pretot en avise la Préfecture, qui saisit la Chambre régionale des comptes. Ce sont désormais ces instances qui chapeautent les budgets de la municipalité. Et cela passe par l'augmentation des impôts, "parce qu'on n'a pas beaucoup de revenus dans la commune", explique Hervé Pretot.

La gestion de l'ancienne municipalité dénoncée

Et c'est justement pour combler ce manque de revenu que la municipalité s'est endettée. Pour permettre des revenus, l'ancien maire, Gérard Pretot, décide de créer en 2002 des gîtes, puis 5 ans plus tard un restaurant tout neuf. Un complexe touristique au coeur de ce village de moins de 300 habitants. Hervé Pretot, alors au conseil municipal, avoue aujourd'hui avoir vu trop grand : "on s'est trompé".

En 2015, le restaurant ferme, et l'association qui gère le restaurant (association dont l'ancien maire est président) fait faillite. Depuis deux ans donc, Hervé Pretot tente de vendre l'établissement. "On avait une offre de 200.000 euros en 2016, mais la majorité de mon conseil a voté contre" raconte l'actuel maire.

Car il y a blocage au sein du conseil municipal. Hervé Pretot n'a pas la majorité : six conseillers sont dans l'opposition. Mais Hervé Pretot ne baisse pas les bras. Il organisait ce samedi une journée portes ouvertes des gites, afin d'attirer les clients.

Mais il n'y a d'ailleurs pas que la gestion du restaurant de Larians qu'Hervé Pretot met en cause : "J'ai trouvé des choses pas trop logiques qui se sont faites sous le mandat précédent. J'ai fait un signalement à un Procureur. Une enquête est en cours, dirigée par la brigade de recherche [de gendarmerie] de Vesoul".

Toutes ces divisions, déchirent en plus des familles, puisque Jacqueline Monniaux, Hervé Pretot et Gérard Pretot sont cousins. Et elles pèsent dans l'ambiance générale du village, devenue pesante.

Une quinzaine d'habitants de Larians-et-Munans ont décidé de monter au créneau. Parmi eux le couple Monniaux. Devant leur propriété, des affiches sont placardées. Les slogans visent directement, ou indirectement, l'ancien maire.

Les affiches placardées devant la propriété des Monniaux - Radio France
Les affiches placardées devant la propriété des Monniaux © Radio France - Laurine Benjebria
  - Radio France
© Radio France - Laurine Benjebria

France Bleu Besançon a tenté de joindre l'ancien maire, ainsi que le vice-président de l'association gérant le Restaurant de Larians-et-Munans, au téléphone, par courriel et de visu. Mais ils n'ont pas souhaité répondre à nos questions.