Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Laval, trois dossiers de reprise pour Faral : "un soulagement" pour son PDG Éric Hunaut

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

La société Faral, spécialiste dans la reconstruction de moteurs, turbos et boîtes de vitesse et placée en liquidation judiciaire par le tribunal de Laval, va pouvoir continuer son activité en attendant l'examen de trois dossiers de reprise. Une bonne nouvelle pour son PDG Éric Hunaut.

Éric Hunaut le PDG de Faral à Laval
Éric Hunaut le PDG de Faral à Laval © Radio France - Martin Cotta

- La société Faral est placée en liquidation judiciaire. Pour autant, l'activité va continuer au sein de l'entreprise...

Oui, nous sommes en liquidation mais avec un plan de continuation de deux mois. L'objectif de cette démarche au tribunal de commerce était de trouver une continuité à l'entreprise dans l'économie circulaire et la pérennisation des emplois.

- Ça veut dire que l'emploi des 61 salariés n'est pas menacé ? 

Aujourd'hui il y a trois dossiers de reprise très sérieux. Dans ces dossiers, devront être mis en avant la reprise des salariés et la continuité de l'activité pour entrer dans le nouveau monde de l'économie circulaire et sur lequel Faral a besoin de s'adosser pour faire ce qu'elle fait depuis 1932.

- Donc finalement c'est un soulagement ? 

Absolument. C'est un soulagement car lorsque j'ai pris la décision d'aller me présenter au tribunal de commerce [en novembre, ndlr] c'était pour trouver un avenir à l'entreprise et aux emplois. 

- Trois dossiers seront donc examinés courant février par le tribunal de commerce de Laval. Est-ce que vous les connaissez ? Est-ce qu'il y a par exemple des repreneurs mayennais ? 

Alors il y a deux dossiers portés par des sociétés industrielles dans le monde de l'automobile et des constructeurs. Et le troisième dossier est porté par des gens qui font déjà partie de l'entreprise. Ces gens veulent s'impliquer.

- Faral a perdu 30% de son activité sur ses deux dernières années. Cela veut dire qu'à l'avenir la société doit obligatoirement se diversifier ? Conquérir de nouveaux marchés pour survivre ? 

Oui. Elle doit pouvoir s'adosser sur son expérience. Elle en a acquis depuis 1932. Avant nous n'étions que producteurs de moteurs et de boîtes de vitesses en échange standard. Demain Faral doit pouvoir être toujours force de proposition mais également apporter son savoir-faire au service de constructeurs. On l'a déjà fait par le passé avec le constructeur Klaas au Mans avec lequel on a une ligne de production. Et c'est dans cette démarche là que l'on y est entré pour pouvoir aller vers d'autres constructeurs. Mais pour cela il faut du temps et ce temps-là doit être pris pour pouvoir assurer la continuité de l'entreprise. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu