Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A leur tour, certains bureaux de tabac ferment dans les petites communes d'Indre-et-Loire

-
Par , France Bleu Touraine

Dans la série des petits commerces de proximité qui ferment en zone rurale, voici désormais les bureaux de tabac. L'an dernier, en Indre-et-Loire, dix buralistes ont dû fermer leur commerce dont six en zone rurale. Cette année, la vente de cigarettes a par exemple disparu à Cussay et au Liège.

En Indre-et-Loire, on compte plus de 260 bureaux de tabac
En Indre-et-Loire, on compte plus de 260 bureaux de tabac © Radio France - François Desplans

Indre-et-Loire, France

C'est bien la preuve que nos villages ont du mal à conserver leurs petits commerces de proximité. Après les boulangeries, après les épiceries, après les services publics, les bureaux de tabac ferment eux aussi en zone rurale. Départs en retraites, ventes du commerce qui ne trouvent pas preneurs ou faillites, les raisons sont multiples mais le résultat est le même. 

L'an dernier en Indre-et-Loire, dix bureaux de tabac ont disparu. Six d'entre eux étaient situés en zone rurale. Cette année, la Touraine compte deux nouvelles fermetures dans nos petits villages. Au Liège et à Cussay. Dans le premier cas, le commerce a été liquidé. 

Mais à Cussay, entre Ligueil et Descartes, c'est le nouveau propriétaire du bar-tabac restaurant qui a décidé de ne plus poursuivre l'activité cigarettes. "Dans un petit village comme Cussay, la demande n'est pas assez importante", explique le nouveau patron du bar-restaurant Mickaël Aram. " _Je ne me voyais pas avancer tous les mois 2 à 3 000 euros pour refaire mes stocks_. Je préfère mettre cet argent dans mon bar-restaurant ou pour organiser des soirées". 

A Cussay, 600 habitants, la disparition du bar-tabac n'est pas un drame. Les fumeurs vont désormais acheter leurs cigarettes à Ligueil à trois petits kilomètres. Quant au maire, il regrette beaucoup plus l'abandon du projet d'épicerie multi-service que la fin du tabac dans son village. Même s'il y voit un nouveau signe inquiétant pour la vie des petites communes. 

Je préfère avoir sur ma commune un boulanger qu'un vendeur de tabac. Néanmoins, c'est un service de moins dans le village. Petit à petit, on grignote ce qu'on peut offrir aux gens de la commune et effectivement, c'est pas bon signe", Alain Rocher, maire de Cussay

Un buraliste touche une prime de service public de proximité

Toutes ces fermetures, Mathieu Meunier les déplore bien sûr. Le président des buralistes d'Indre-et-Loire rappelle qu'en zone rurale, plus que jamais, la diversification est indispensable pour rester en vie. Si nos bureaux de tabac tourangeaux ne peuvent pas encore vendre les billets SNCF, certains vont pouvoir à partir de l'été 2020 vous faire payer vos impôts et vos amendes. 

Il ne faut pas oublier non plus que les douanes nous octroient une prime annuelle de service public de proximité de 2 500 euros, Mathieu Meunier, président des buralistes d'Indre-et-Loire