Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Limoges comme partout en France, un long mouvement de grève commence pour les pompiers

-
Par , France Bleu Limousin

Ce mercredi à Limoges comme partout en France les pompiers débutent un long mouvement de grève. Le préavis déposé court jusqu'à la fin du mois d'août. Ils réclament notamment plus de moyens humains et une revalorisation de la prime de feu.

Les pompiers réclament plus de moyens humains mais aussi une revalorisation de leur prime de feu. Le préavis de grève court jusqu'au mois d'août prochain.
Les pompiers réclament plus de moyens humains mais aussi une revalorisation de leur prime de feu. Le préavis de grève court jusqu'au mois d'août prochain. © Radio France - Françoise Ravanne

Limoges, France

Ce mercredi un long mouvement de grève débute chez les pompiers, à Limoges comme partout en France. Sept des neuf organisations syndicales appellent les soldats du feu à protester. Ils représentent plus de 85% des sapeurs pompiers et le préavis déposé prévoit un mouvement jusqu'au 31 août prochain. Les pompiers veulent ainsi alerter l'Etat sur leur quotidien entre sur-sollicitation, manque de moyens et agressions.  

De moins en moins de moyens ...

L'équation semble mal équilibrée. D'un côté, il y a des conseils départementaux qui réduisent la voilure des Services d'Incendie et de Secours car l'Etat lui même réduit les moyens des départements  de l'autre des pompiers professionnels moins nombreux mais  toujours plus sollicités parfois à juste titre mais pas toujours. "C'est le serpent qui se mord la queue" explique Nicolas Corneloup, pompier à Limoges.  Il pointe par exemple l'emploi de sapeurs pompiers volontaires à la place des sapeurs pompiers professionnels :  " Par exemple à Limoges on a une trentaine d'Equivalents Temps Plein qui sont des Sapeurs Pompiers Volontaires, ils font le même travail que nous mais il n'y a pas de charge à payer"

... Et toujours plus de sollicitations  

 Pour celui qui est également le Secrétaire Général Adjoint de l'Union Nationale Force Ouvrière des Services d'Incendie et de Secours, la situation des pompiers a tout d'un effet domino "C'est un état général. Les urgences sont surchargées, parce qu'il n'y a plus de médecin disponible pour répondre. Les gens sont de plus en plus craintifs et au moindre petit bobo ils veulent aller à l'hôpital, ils appellent le 15 ou le 18 et ils sur-sollicitent les pompiers pour des bobos " explique ainsi Nicolas Corneloup, selon qui  il y a une prise de conscience à faire.  

... Dans un climat parfois tendu  

Il y a aussi une prise de conscience à faire selon lui sur les personnes alcoolisées "régulièrement les vendredi ou samedi soir on intervient sur des personnes en état d'ivresse sur la voie publique. Ces personnes devraient aller en cellule de dégrisement, pas à l'hôpital où généralement elles deviennent violentes et ça pose aussi des problèmes" explique Nicolas Corneloup qui souligne que même si Limoges est relativement épargnée, les agressions restent quotidiennes ou presque, pas seulement de la part d'un public alcoolisé ou issu des quartiers difficiles. Il résume ainsi  "On représente l'Etat, une forme d'autorité contre laquelle les gens se rebellent". 

Ce mercredi comme bon nombre de ces collègues il entre en grève, pour obtenir plus de moyens humains, certes mais aussi une revalorisation de la prime dite de feu de 19 à 28%" comme les gendarmes ou les policiers" justifie Nicolas Corneloup.