Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Longvic, un Green Friday© pour consommer moins

dimanche 25 novembre 2018 à 18:01 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Vendredi dernier, alors que le Black Friday battait son plein, le réseau Envie proposait son Green Friday©, avec à Longvic des ateliers pour apprendre à faire durer le gros électroménager le plus longtemps possible.

Dans l'atelier de Longvic, 15 personnes travaillent à redonner une seconde vie aux appareils électroménagers
Dans l'atelier de Longvic, 15 personnes travaillent à redonner une seconde vie aux appareils électroménagers © Radio France - Jacky Page

Longvic, France

En pleine frénésie du Black Friday, le 23 novembre, et alors que la fièvre acheteuse s'emparait de millions de consommateurs, le réseau social et solidaire Envie avait pris le contre-pied en organisant un Green Friday©. Des diagnostics réparation étaient offerts pour encourager les clients à garder et réparer les équipements, et des ateliers étaient organisés pour apprendre à entretenir et à faire durer le plus longtemps possible les appareils électroménagers. Géraldine Boulez est responsable qualité-sécurité-environnement sur le site de Longvic. Elle constate que des machines à laver sont mises au rebut alors qu’il suffirait simplement d’enlever une chaussette coincée dans la pompe pour qu’elles redémarrent.

2000 appareils rénovés chaque année

A Longvic, Envie répare et remet à neuf et revend chaque année 2000 machines à laver, réfrigérateurs, ou appareils de cuisson récupérés dans les déchetteries, mais aussi dans les commerces d’électroménager. Une vingtaine de personnes sont affectées à la collecte des appareils, qui passent ensuite entre les mains de quinze ouvriers. Tous sont en insertion. Eloignés de l’emploi, ils ont trouvé un travail et une formation dans cette entreprise. 

C’est le cas de Bernard. Il était au chômage depuis trois ans lorsqu’il a été orienté vers Envie par Pôle Emploi : «j’ai eu pas mal de formation, il y avait de l’électricité, de l’électronique, de la maintenance. Je me suis adapté assez facilement ». Il est affecté depuis huit mois à la réparation des réfrigérateurs et congélateurs. Comme les autres salariés en insertion, il pourra rester jusqu’à deux ans dans l’entreprise avant de tenter sa chance dans une entreprise de l’économie classique.

Un impressionnant stock d'appareil en attente de démontage ou de réparation - Radio France
Un impressionnant stock d'appareil en attente de démontage ou de réparation © Radio France - Jacky Page

Quand les fabricants font en sorte d'empêcher la réparation

Ici, on va même dénicher le tout petit composant électronique qui provoque la panne, comme le souligne Azzedine Tbatou, le chef d'atelier : « on va au plus profond du recyclage. C’est-à-dire qu’au lieu de changer une carte électronique complète, on va chercher la pièce défectueuse, un condensateur, un transistor. » D’où une réparation de quelques dizaines d’euros, quand un changement de carte aurait impliqué une dépense de plus d’une centaine d’euros. Mais certaines marques font en sorte qu’il soit impossible de remplacer un élément, en enduisant la carte électronique d’un vernis rendant l’opération impossible. Dans certains cas, il est impossible de changer les roulements à bille d'un lave-linge sans devoir remplacer l'ensemble cuve-tambour, à un prix prohibitif.

Quand elles ne peuvent être réparées, les machines livrent de précieuses pièces détachées - Radio France
Quand elles ne peuvent être réparées, les machines livrent de précieuses pièces détachées © Radio France - Jacky Page

Géraldine Boulez constate que l’obsolescence programmée n’est pas un mythe : « c’est fait de telle manière que certaines pièces vont tomber en panne assez rapidement ». Et elle cite une période où de nombreux réfrigérateurs d’un même modèle arrivaient dans l’atelier de réparation. Les compresseurs tombaient en panne les uns après les autres. Envie remet les machines en état avec des pièces neuves, ou le plus souvent récupérées sur d’autres appareils. Il faut trois ou quatre appareils pour en refaire un. Le résultat est suffisamment fiable pour permettre une revente sous garantie d’un an, avec possibilité d’une extension à deux ans.

Dans toute la France, le travail du réseau Envie permet d'allonger la durée d'usage de 100.000 équipements, et de créer près de 3000 emplois dont 2200 en parcours d'insertion.