Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Montreuil, 80 travailleurs migrants de l'ancien foyer Bara emménagent dans leur nouvelle résidence

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Cette semaine, 80 résidents de l'ancien foyer Bara de Montreuil (Seine-Saint-Denis) ont emménagé dans leur nouveau studio, a annoncé la mairie. En octobre 2019, ils avaient été expulsés des anciens locaux de l'AFPA, réquisitionnés par le maire un an plus tôt pour les loger.

Un "ex-Bara" arpente les couloirs des anciens locaux de l'AFPA à Montreuil réquisitionnés par le maire en septembre 2018
Un "ex-Bara" arpente les couloirs des anciens locaux de l'AFPA à Montreuil réquisitionnés par le maire en septembre 2018 © Maxppp - Maxppp

"Ce jeudi 8 octobre, 80 premiers résidents de l'ex-foyer historique Bara" ont quitté leur hébergement temporaire de la rue Brûlefer pour emménager dans des studios entièrement équipés de la nouvelle résidence sociale, Etienne Marcel, a annoncé la mairie de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

En 2018, près de 300 travailleurs migrants, beaucoup d'origine malienne, vivaient dans des conditions indignes et dangereuses au sein du Foyer Bara qui devait être rénové depuis plusieurs années. Le maire de Montreuil, Patrice Bessac (PCF) avait alors pris un arrêté de fermeture du foyer et avait réquisitionné les anciens de locaux de l'AFPA pour les reloger. Mais un an plus tard, ces derniers ont été expulsés de leur nouvelle adresse par l'État.

Cet automne-là, 250 avaient pu être accueillis dans des locaux provisoires, situés rue Brûlefer, en attendant la reconstruction totale du foyer Bara, qui a donc rouvert ses portes ce 7 octobre. 

En revanche, la mairie ne donne aucune précision sur le sort des travailleurs, non résidents du foyer Bara, qui avaient rejoint le site de l'AFPA et qui se sont retrouvés à la rue lors de l'évacuation, il y a un an. Plusieurs centaines d'entre eux se sont rabattus dans un hangar désaffecté, rue Stalingrad, où ils vivent dans des conditions encore très précaires

Choix de la station

À venir dansDanssecondess