Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Mulhouse des gilets jaunes rejoignent le mouvement En Marche

lundi 31 décembre 2018 à 19:45 Par Patrick Genthon, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Des gilets jaunes qui rejoignent la République en Marche d’Emmanuel Macron ça existe. C’est le député de Mulhouse apparenté Modem, Bruno Fuchs qui l’affirmait ce matin sur France Info. Nous avons rencontré l'un de ces transfuges à Mulhouse.

Fabrice actif chez les gilets jaunes pendant un mois rejoint la République en Marche.
Fabrice actif chez les gilets jaunes pendant un mois rejoint la République en Marche. - Document remis

Mulhouse, France

L’affirmation du député La République en Marche apparenté Modem Bruno Fuchs semblait surprenante.

J'ai dans ma circonscription trois gilets jaunes qui ont adhéré à En Marche parce qu'ils ne se retrouvaient pas dans les casseurs...ces gens sont venus chez nous."

Pendant des semaines en Alsace, c’est le slogan "Macron  démission" qui revenait le plus souvent dans la bouche des gilets jaunes.

Fabrice a 48 ans, il est commis de cuisine à Mulhouse. Il a milité activement pendant un mois comme gilet jaune sur le rond-point de Kingersheim puis près de la plateforme douanière d’Ottmarsheim. Il a eu un rôle également de coordinateur

Les gilets jaunes du rond-point de Kingersheim ont été parmi les plus actifs du département. - Radio France
Les gilets jaunes du rond-point de Kingersheim ont été parmi les plus actifs du département. © Radio France - Patrick Genthon

On l’a vu aussi intervenir, portant gilet jaune, pour calmer des lycéens lors d'une manifestation début décembre à Mulhouse. https://www.facebook.com/NTV68/videos/389355684939114/

Il explique pourquoi il rejoint avec d’autres gilets jaunes la République en Marche.

"Des amis qui n'ont pas compris m'ont traité de traitre"

Il a décidé de quitter le mouvement en raison de la violence qui est apparu après trois ou quatre semaines.

"Moi quand j’étais gilet jaune j'ai toujours été pacifiste. J'ai commencé à quitter quand j'ai vu les violents incidents à Paris. J'ai dit je ne peux pas continuer comme ça."

C'est en dialoguant à l'invitation de la sénatrice En Marche Patricia Schillinger qu'il dit avoir choisi d'adhérer à cette formation politique, un moyen selon lui " de faire bouger les choses". Il affirme qu'une douzaine de ses camarades de lutte chez les gilets jaunes haut-rhinois auraient choisi de rejoindre En Marche.

Cela ne signifie pas la fin du mouvement dans  le Haut-Rhin. Des gilets jaunes  ont pris position aujourd’hui à nouveau sur le rond-point du Kaligone à Kingersheim et d'autres s’apprêtent à réveillonner sur un terrain privé, à Burnhaupt- le-Haut, dans le sud du département.