Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Nantes, les clients des buralistes cherchent leurs journaux

-
Par , France Bleu Loire Océan

Depuis le 15 mai dernier, l'entreprise Presstalis, qui distribue une grande partie des journaux sur le territoire national, est en redressement judiciaire. L'une de ses filiale, la SAD, à Nantes, a elle été placée en liquidation judiciaire. Les repreneurs doivent se manifester ce jeudi.

Américano Duarté, le gérant du Brazza à Nantes
Américano Duarté, le gérant du Brazza à Nantes © Radio France - Typhaine Morin

Si vous êtes attaché à votre journal de presse nationale ou votre magazine, vous l'avez sûrement constaté. Depuis une quinzaine de jours, on les trouve difficilement, voire pas du tout dans les bureaux de presse. Ces journaux sont pourtant bien publiés, mais ils ne sont pas distribués.  Depuis le 15 mai, la SAD - filiale de Presstalis, placée elle en redressement judiciaire -, et qui distribue les journaux dans la région, est placée en liquidation judiciaire, ce qui signifie que l'activité est arrêtée. "Les salariés ne sont pas en grève, précise Gérard Barrion, délégué CGT de la SAD de Nantes, ils sont sans emploi.". Les repreneurs ont jusqu'à ce jeudi pour formuler des lettres d'intention. 

Seuls les quotidiens régionaux sont distribués
Seuls les quotidiens régionaux sont distribués © Radio France - Typhaine Morin

Inquiétude pour la presse écrite

En attendant, buralistes et clients rongent leur frein. Depuis deux semaines, les étagères des buralistes se vident. Américano Duarté, qui gère un bureau de tabac-presse en bas de la rue Paul Bellamy, a posé des affichettes et étale les magazines le plus possible pour que ça ne paraisse pas complètement vide. "On a reçu des quotidiens nationaux pendant deux ou trois jours mais là on a rien. Nos habitués nous demande, alors on explique aux clients, c'est notre boulot", explique le commerçant. 

Une cliente croisée à la caisse s'inquiète de ne pas trouver son journal quotidien préféré, Le Monde, et plus globalement, elle se dit "très inquiète pour la presse écrite". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu